Paris commémore le centenaire du génocide arménien

IMG_4685 - Copie

A Paris, près de 10 000 personnes ont pris part aux commémorations. Ici, avenue de New York (XVIe arrondissement).

24 avril 1915, 24 avril 2015. Cent ans jour pour jour après le début du premier génocide du XXe siècle, des cérémonies de commémoration ont eu lieu partout dans le monde. A Paris, près de 10 000 personnes se sont rassemblées place du Canada (VIIIe arrondissement) où se trouve la statue de Komitas, prêtre orthodoxe et figure tragique de l’histoire arménienne.

« Il y a cent ans, des Arméniens étaient tués parce qu’ils étaient Arméniens », a commencé le Premier ministre Manuel Valls, tout juste rentré, avec la maire de Paris Anne Hidalgo, de la capitale arménienne Erevan. Tout en affirmant que « la France est toujours du côté des victimes », il a estimé que « la première responsabilité, la première exigence morale, c’est de regarder ce crime en face et de l’appeler par son nom : ce crime est un génocide ». Et de rappeler le sort actuel des chrétiens d’Orient, victimes d’une « entreprise d’extermination conduite par Daech ».

A la suite du rassemblement, les personnes présentes ont longé la Seine en direction de l’ambassade de Turquie (XVIe arrondissement). « Etat turc assassin ! » ou « Justice et réparations ! », pouvait t-on lire et entendre. Dans le même temps, dès 21h30, la tour Eiffel s’est éteinte pour toute la nuit en hommage aux victimes du génocide.

Place de Bolivie, à quelques pas de leur point d’arrivée, la colère s’est fait sentir. Un petit groupe de manifestants a lancé quelques pétards et projectiles par-dessus le barrage policier, sans toutefois compromettre la bonne ambiance de la manifestation. Vers 23h, avant que la foule ne se disperse, un homme crie au micro : « Nous ne sommes pas des victimes, nous sommes un peuple en colère ! »

D’autres manifestations de la diaspora arménienne ont eu lieu vendredi en France. A Lyon, une messe solennelle a été célébrée dans l’église arménienne de la ville. Près de 1 800 personnes ont pris part à la marche qui a suivi. A Marseille, qui regroupe la plus forte communauté arménienne de France, 4 000 personnes ont défilé dans le XIIe arrondissement.

Jean-Marc DE JAEGER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *