Sur la route avec le très privé Monsieur Sim

246845

Le destin de Monsieur Sim se confond avec celui du navigateur Donald Crowhurst : tous deux naviguent à vue. Crédits : Mars Distribution

Monsieur Sim, c’est un homme qui a raté sa vie mais qui s’en fout. La cinquantaine bien passée, il est divorcé, vit seul, ne travaille pas et semble s’être résigné à une existence ennuyeuse dans la banlieue de Bourg-en-Bresse. Cependant, il a la tchatche mais tue tout le monde d’ennui avec ses calembredaines. Et puisqu’il n’en est pas à un échec près, voilà qu’il ne trouve rien de mieux que d’être colporteur (comme le musicien) pour une société de brosses à dents qui va tout révolutionner.

Comme Kerouac avant lui, c’est sur la route qu’il se perd… et c’est là qu’il se trouve. François Sim s’égare sur les routes de France, tel un navigateur solitaire, oubliant par-là la vanité de sa mission commerciale. Entre deux repas à l’Autogrill ou à Léon de Bruxelles, symboles de la désincarnation consumériste, il glisse sa voiture hybride sur les routes du passé. Il n’est pas moins désabusé que le personnage de Her, âme échouée par l’ultra moderne solitude.

Sim, personnage en quête de hauteur

A chaque étape de son parcours, les démons de son existence ressurgissent : une femme italienne qu’il n’a jamais voulu aimer en retour, son ex-épouse qui le trouve old school, « pas du tout 21e siècle », et toute une galerie de personnages rocambolesques. Et surtout, confidences et secrets de famille éclatent tardivement pour lui apprendre pourquoi il est né : « A cause d’un coup de bite au mauvais endroit ». Les paysages, de plus en plus extrêmes, changent en même temps que son humeur fluctue entre doute, chagrin, folie… et réincarnation.

Jean-Pierre Bacri signe dans ce road-movie l’un de ses rôles les plus brillants. Et ce qu’on peut dire du réalisateur Michel Leclerc (à qui l’on doit Le Nom des gens), c’est qu’il a merveilleusement réussi à accorder la personne et le personnage. Bacri, avec son jeu légendaire de bourru et de je-m’en-enfoutiste, incarne mieux que quiconque ce petit frenchy déclassé en quête de lui-même. Au final, on a tous en nous quelque chose de Monsieur Sim.


La Vie très privée de Monsieur Sim, film de Michel Leclerc avec Jean-Pierre Bacri, Mathieu Amalric, Valeria Golino. En salles depuis le 16 décembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *