9 jeunes sur 10 plébiscitent la formation en apprentissage

Crédits : Chaunu pour jactiv.ouest-france.fr

Crédits : Chaunu pour jactiv.ouest-france.fr

Une fois n’est pas coutume, les jeunes sont raccord avec François Hollande. Alors que le président de la République, lors de ses vœux du 31 décembre, a réaffirmé son souhait de développer la formation en apprentissage, un sondage vient le conforter dans son engagement.

Tout comme les jeunes plébiscitent l’année de césure afin de réaliser des stages, un séjour à l’étranger ou un service civique, ils ne tarissent pas non plus d’éloge vis-à-vis de l’apprentissage. En témoignent les résultats de l’enquête « L’apprentissage idéal », réalisée par OpinionWay pour Agefa auprès de 802 jeunes de moins de 30 ans.

Le maître-mot : expérience !

Tandis que la formation initiale est souvent jugée trop théorique, il n’en est rien de la formation en apprentissage. Les sondés mettent en avant son apport concret et professionnalisant. La preuve, apprentissage est synonyme d’expérience pour 31% des sondés.

Neuf jeunes sur dix estiment que l’apprentissage rapproche les jeunes du monde de l’entreprise, leur offre plus d’autonomie et leur permet d’intégrer plus facilement le marché du travail. Avec le recul, deux tiers de ceux qui ont suivi une formation traditionnelle estiment qu’une alternance aurait été utile à leur parcours.

Malgré cet engouement, les jeunes sont partagés sur le fait de rendre l’apprentissage obligatoire, une petite majorité (55%) se prononçant en faveur. Alors que les contrats en apprentissage sont souvent signés pour un ou deux ans, les sondés souhaitent en faire un passage obligé uniquement si sa durée n’excède pas six mois.

Une formation à mieux valoriser

Alors même que ce type de formation reçoit les faveurs des jeunes, il est souvent considéré auprès de l’opinion comme une voie de garage pour décrocheurs. Près de six sondés sur dix souhaitent revaloriser son image. Pour cela, ils plaident pour la mise en place d’ateliers découverte obligatoires au collège et une meilleure communication auprès des jeunes.

Seulement voilà, les chiffres les rappellent à la réalité : malgré une croissance de l’apprentissage dans le supérieur, le nombre d’apprentis décline, passant de 438 000 à 405 000 entre 2013 et 2014.

Jean-Marc De Jaeger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *