Faut-il croire les journalistes ?, Serge July, Jean-François Kahn et Edwy Plenel, Editions Mordicus, 2009

  • 11_ Mitterrand après suicide de Bérégovoy : « Toutes les explications du monde ne justifieront pas qu’on ait pu livrer aux chiens l’honneur d’un homme et finalement sa vie au prix d’un double manquement de ses accusateurs aux lois fondamentales de la République, celles qui protègent la dignité et la liberté de chacun d’entre nous. »

  • 14_ « Face à la nouvelle concurrence des gratuits et d’Internet, les compteurs se sont affolés. La révolution numérique oblitère t-elle l’avenir du papier ? Quant aux nouveaux journaux en ligne, peut-on faire le même journalisme sur un écran que sur du papier ? »

  • 15_ « 74% des Français suivent les nouvelles par la presse, la radio, la télévision, Internet, avec un « grand ou un très grand intérêt », mais 61% estiment que les journalistes ne sont pas indépendants face aux pressions des partis politiques et du pouvoir » (TNS Sofres / Logica, 2008)

  • 16_ « Jurisprudence Genestar », dit Edwy Plenel ; du nom du directeur de Paris Match

Serge July

  • 22_ July à Guernica pendant bombardements : envoie une dépêche… qui ne sera jamais publiée (par Havas), notamment car Blum plaide pour la non intervention

  • 23_ « Les choses qui sont derrière les choses », réplique de Quai des Brumes de Marcel Carné

  • 27_ Mai 2009, Financial Times, édito « La disparition des quotidiens généralistes »

  • 31_ Pour Pompidou, « la télévision est la voix de la France »

  • 33_ Affaire Jaubert : journaliste du Nouvel Obs matraqué par police lors contrôle identité => tous les journalistes se sont mobilisés

  • 34_ « J’ai la passion pour comprendre les hommes » (Sartre)

  • 40_ PHOTOCOPIE

  • 42_ Culture USA = protestante. Donc, pêché = mensonge. De même, culture de contre-pouvoir absent en France

  • 44_ « La formule « journalisme d’investigation » m’a toujours semblé être un pléonasme »

    • « La caricature de l’enquête à la française, c’est un motard qui vient déposer un pli à la rédaction contenant des informations confidentielles visant untel »

  • 50_ « Libération a arrêté de paraître en février 1981, pour plusieurs mois, en pleine campagne présidentielle »

    • « En 1981, nous étions nombreux à trouver plus de vertus à Michel Rocard qu’à François Mitterrand »

  • 55_ « Genestar a été un excellent manager. Il a eu raison, puisque ce numéro a établi un record de ventes »

  • 57_ « Sans la capitalisme, l’histoire de la presse aurait été très courte : elle ressortirait du cauchemar stalino-orwellien. Alors tant mieux si les journaux sont des entreprises privées »

  • 60_ Jérôme Seydoux, actionnaire de Libération, aussi celui de Pathé. Or, Libération n’hésitait pas à charger les films de Pathé… sans que Seydoux intervienne !

  • 62_ « Dans l’histoire du rachat des Echos par LVMH, la société des rédacteurs a joué un rôle un peu différent : elle a demandé des garanties d’indépendance à son actionnaire, et elle les a obtenues. Ce qui compte donc fondamentalement, c’est que l’actionnaire donne des garanties d’indépendance à la rédaction »

  • 63, 64-65 : PHOTOCOPIE

Jean-François Kahn

  • 85_ – Les journalistes, des chiens ? Ce sont plutôt des moutons.

  • 87_ « Les journalistes sont plus curieux qu’avant, ils ont plus d’intuition, ils sont plus cultivés. Mais ils ont une vision infantilisante. Dès qu’il y a un conflit, ils cherchent le bon et le méchant »

  • 109, 110-111 : PHOTOCOPIE

Edwy Plenel

  • 115_ – Faut-il faire confiance aux journalistes ? / – « Oui, s’ils remplissent la fonction démocratique qui légitime leur existence. La profession du journaliste existe parce que la démocratie a besoin de vérités factuelles, c’est-à-dire d’informations fiables. Comment voter, choisir, militer, s’engager, etc., si l’on n’est pas informé de façon indépendante et pluraliste ? Si on pense que le point de vue, le commentaire, l’éditorial, la chronique, on se trompe. Tout cela relève de la liberté d’expression et d’opinion, un droit qui appartient à tous les citoyens et qui n’est en aucun cas notre privilège. Le journaliste peut l’exercer avec plus ou moins de talent. Il doit même l’exercer, mais comme citoyen, par ailleurs journaliste. C’est d’autant plus vrai aujourd’hui qu’avec l’irruption du numérique, les citoyens n’ont plus besoin de la médiation des journalistes pour exprimer des jugements, des opinions, des points de vue. Nous sommes en train de vivre l’avènement du média personnel, individuel, participatif : pour s’exprimer dans l’espace public, les citoyens peuvent se passer de nous. Certains journalistes s’en inquiètent. J’y vois au contraire une très bonne nouvelle : en détrônant le journalisme de commentaire, c’est une invitation à revenir à l’essence du métier __ l’information, l’enquête, le terrain »

  • 128_ La Boétie parle de « Grand Un » (= monarchie absolue)

  • 136_ « La presse papier actuelle ne vit pas une crise de la demande, mais une crise de l’offre. Elle perd des lecteurs parce que l’offre n’est pas au rendez-vous. Et elle ne l’est pas parce qu’elle a trop connu derrière la presse dominante qu’est en France l’hebdomadaire, la presse magazine »

  • 155_ « Le journaliste est toujours engagé. Il y a de l’hypocrisie à prétendre que le journaliste est neutre, qu’il n’est pas un acteur, qu’il n’est qu’un spectateur. Car il est forcément un acteur de la vie démocratique s’il remplit son rôle de révélateur, de chien de garde, j’allais dire, si le mot existait, d’inquiéteur »

  • 157_ « Jeune, je caressait deux métiers. Le premier, c’était d’être archéologue, et le second, ingénieur agronome »

  • 158_ – Qu’est-ce que vous aimez dans le journalisme ? / – « Sa diversité. C’est une chance extraordinaire. […] Ce métier est supposé s’intéresser à tout et à tous, au sommet de la société comme à sa base, au plus proche et au plus lointain. On est un peu comme dans un ascenseur qui, toutes portes ouvertes, monte et descend. On explore tous les univers possibles. On a non seulement le droit mais le devoir d’y exercer une curiosité très métissée, sans passerort, sans identité fixe, sans territoire consigné »

  • 159_ Péguy parle dans Les Cahiers de la Quinzaine : « Dire bêtement la vérité bête, ennuyeusement la vérité ennuyeuse, tristement la vérité triste »

    • + Apprendre à « penser contre soi-même »

  • 161, 162_163 : PHOTOCOPIE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *