Le Mystère français, Hervé Le Bras et Emmanuel Todd, Seuil, 2013

11_ « A la croissance ralentie du PIB par tête correspond donc un saut qualitatif du niveau éducatif * des Français. Il a été rendu possible par la conjonction de deux facteurs : une aspiration au prog-ès des individus et des familles, et une libération de cette poussée spontannée par l’arrivée de la gauche au pouvoir.

Il semble bien qu’un plafond ait été atteint vers 1995, peu après le retour au pouvoir de la droite. »

* à propos du bac

19_ « Les démographes n’ont d’autre choix possible qu’une interprétation optimiste. Car, piur eux, le progès s’est accéléré dans les années de stagnation économique relative, du fait de la chute de la mortalité. L’espérance de vie est probablement un meilleur indicateur d’efficacité technologique et sociale que le PIB par tête. »

20_ « Philosophes, psychanalystes et moralistes s’inquiètent aujourd’hui de l’état mental de l’individu postmoderne. Hyper-individualisme, obsession de la jouissance immédiate, recherche de l’excès, déréglementation morale et financière produiraient des hommes et des femmes égarés, une société en perte de sens. »

// Durkheim : l’homme liberé des croyances ne sait plus quoi attendre de la vie

54_ Carte synthèse (PHOTO)

58_ Choix des prêtres en 1791 // Pratique religieuse au début des années 60 : les cartes se superposent !

65_ « La France, que sa Grande Révolution définit sans conteste comme individualiste égalitaire sur le plan idéologique, […] représente sur le plan anthropologique et religieux une agrégation complexe de cultures locales, dont certaines étaient à l’origine de type individualiste et d’autres de type holiste. »

68_ Après Seconde guerre mondiale : « Le PCF occupait l’espace central laissé vide par l’Eglise. La complémentarité des deux forces apparaît pleinement sur une carte simplifiée représentant simultanément le vote communiste à la veille de sa chute en 1978 et son double négatif, la pratique religieuse vers 1965. »

70_ « Né contre le christianisme, le communisme en dépendait, dans le rapport d’un effet à sa cause. Il estdonc logique d’observer que, dans les années 1950-1970, la chute du religieux dans son espacee périphérique français a précédé ou même causé celle du communisme dans son espace central et méditerranéen. »

72_ « Catholicisme zombie » : religion catholique après sa mort. Le communisme, quant à lui, est bien mort selon les auteurs

 

CHAPITRE 2 : La nouvelle inégalité culturelle

74_ « En 1826, Dupin avait situé au nord de la ligne Saint-Malo – Genève une France des Lumières. »

81_ « Avec une grande exactitude, les régions catholiques sont celles où la préférence pour des études longues est la plus marquée. […] C’est une revanche posthume pour cette religion qui s’était opposée à la Révolution et à la République sur le terrain de l’éducation. »

84_ « Les sans-diplômes sont relativement rares dans lesvilles, banlieues et campagnes bretonnes, mais nombreux dans les villes, banlieues et campagnes du Bassin parisien.

95_ The rise of the Meritocracy, par Michel Young en 1958 : fiction sur le système éducatif en 2033 !

 

CHAPITRE 3 : L’émancipation des femmes

113_ « Très souvent, les provinces oubliées sont des pays de famille nucléaire, zones d’individualisme peu intéressés par la perpétuation des lignages et par leur mémoire généalogique. »

119_ « Ce que nous retrouvons dans le cas du travail est l’ambivalence fondamentale du catholicisme, ici du « catholicisme zombie », vis-à-vis des femmes. S’il admet pleinement leur existence spécifique dans la réalité du monde social, il leur affecte cependant un rôle spécifique, ne leur accordant pas le statut d’« être humain en général ». Elles peuvent travailler, mais ler place reste à la maison, ce que le temps partiel autorise. Les régions centrales déchristianisées, qui résistèrent au droit de vote des femmes par tactique politique, ont beaucoup moins de mal à leur donner, par le travail à temps plein, le statut d’ « être humain en général », de citoyenne pleine et entière. »

 

CHAPITRE 4 : La famille est morte, vive la famille

CHAPITRE 5 : Vers la société industrielle, trop vite

155_ « Au lendemain de l’élection de François Hollande, la France a pris conscience de ce qu’une société avancée ne pouvait espérer préserver son indépendance économique sans industrie. »

 

CHAPITRE 6 : L’exil des classes populaires

159_ « … les frontières des départements abritent les plus fortes proportions d’ouvriers. Eloignées des centres de décision, ce sont des zones de rélégation où s’accumulent les éléments économiques et sociaux négatifs : dépopulation, transports difficiles, personnes âgées dans leurs maisons de retraite. »

170_ « Le trop célèbre « bobo », s’il est effectivement bourgeois par le niveau éducatif, ne l’est guère par le niveau de revenu et peine à payer son loyer. S’il a des enfants et besoin d’un peu d’espace, il doit migrer vers une banlieue proche et s’estimer heureux d’y rester sans devoir aller jusqu’aux franges du périurbain. »

175_ « L’effet repoussoir du catholicisme semble beaucoup plus clair qu’une éventuelle stimulation par la laïcité : le cœur laïc du Bassin parisien ne semble guère encourager une multiplication du nombre des employés au-delà de la moyenne nationale. »

 

CHAPITRE 7 : Inégalités économiques

182_ « Nous voyons donc se recréer la configuration des classes qui avait conduit à la révolution de 1789, avec une aristocratie coupée, non pas seulement du peuple, mais surtout de cette strate moyenne supérieure dont dépend l’équilibre politique de la société. Depuis Aristote, l’usage est de désigner cette couche, plus modestement, par l’expression « classe moyenne ». C’est cette distribution des forces qui a permis à François Hollande d’être élu en désignant les riches – implicitement les 1 % ou les 0,1 % supérieurs – plutôt que les immigrés comme problème principal de la société française. »

194_ « On aurait tort de sous-estimer l’effet dépressif sur la société française de l’effondrement de la croyance communiste. Le PCF portait, dans les banlieues qu’il contrôlait, une véritable foi en la culture bourgeoise, qu’il voulait rendre accessible à tous. »

 

CHAPITRE 8 : Les migrations et la stabilité du système

210_ « Nous avons cartographié trois noms, caractéristiques chacun d’une région française distincte – Le Bihan, patronyme breton, Müller, alsacien-lorrain, et Fabre, occitan. »

 

CHAPITRE 9 : A droite tous

229_ « Le retour de la gauche au pouvoir résulte paradoxalement d’une droitisation générale du système politique français. »

229_ « En 1981, le spectre politique se composait de quatre couleurs : l’extrême gauche (essentiellement le parti communiste), la gauche (le parti socialiste), le centre et la droite. En 2012, il existe toujours quatre couleurs, mais elles se nomment gauche, centre, droite et extrême droite. L’ensemble du corps électoral a glissé d’une teinte vers la droite. L’extrême gauche a presque disparu et l’extrême droite s’est installée durablement dans le paysage. »

231_ « La dérive de l’UMP vers l’extrême droite a libéré un espace au centre, vite envahi par un PS déjà renforcé par la récupération des électeurs d’une communisme et d’un gauchisme en pleine déliquescence. »

232_ « Les zones de plus forts progrès de Hollande par rapport à Mitterrand ont été les anciens bastions de la pratique religieuse : la Bretagne et l’Ouest intérieur, le Pays basque, le sud-est du Massif central. »

242_ « Alors qu’à la première élection présidentielle, en 1965, et plus encore à celle de Valéry Giscard d’Estaing en 1974, la séparation entre régions de droite et régions de gauche recoupait presque parfaitement l’opposition entre catholicisme tardif et déchristianisation, la relation s’est distendue progressivement pour finalement disparaître. »

246_ « Les référendums de 1992 et de 2005 sur l’Europe nous offrent deux exemples remarquables d’action politique du « catholicisme zombie » dans un domaine essentiel, la crise économique et monétaire. »

248_ « Ces référendums ont donc aussi révélé, non plus une résistance de l’Eglise à l’Etat, mais une résistance autonome des régions anciennement catholiques à l’Etat jacobin. »

 

CHAPITRE 10 : Socialisme et sarkozysme

260_ « Si Hollande l’a emporté en pays de famille complexe, Sarkozy a gagné en pays de famille nucléaire en dépit, ou à cause, de sa thématique ultra-individualiste. »

 

CHAPITRE 11 : La métamorphose du FN

279_ « A partir de 1975, le paysage social français a été bouleversé par le desserrement puis par l’étalement urbain qui ont eu, selon le lieu, des conséquences très différentes. Partout, les ménages français se sont motorisés et ont changé de mode de vie. Ils ont délaissé le petit commerce du coin de la rue et ont pris l’habitude d’acheter dans des centres commerciaux. Ils travaillent et prennent leurs loisirs, désormais, de plus en plus loin de leur domicile. En pays d’habitat groupé, la vie collective a été vidée de son contenu ; la sociabilité et les rapports de voisinage ont été dévastés. En pays d’habitat dispersé, en revanche, la rencontre des autres, jusque-là difficile, a été facilitée par la mutation du mode de vie ; l’automobile et les magasins à grande surface y permettent une sociabilité nouvelle. »

 

CONCLUSION

304_ « Si nous identifions en France un « catholicisme zombie », nous devons être capables de lui imaginer un frère en Allemagne, face d’ailleurs à un « protestantisme zombie » qui vient de prendre le pouvoir. L’équilibre religieux de la République fédérale – autrefois mi-catholique, mi-protestante mais plutôt contrôlée par les catholiques du Sud et de l’Ouest – a été brisé par la réunification qui, en ramenant au bercail une République démocratique luthérienne, a rétabli l’Allemagne dans son statut de pays majoritairement protestant. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *