L’histoire secrète de WikiLeaks, Julien Laurent, City Edition, « Contre-Enquête », 2011

Introduction

7_ « Les Etats-Unis, principale cible des révélations de WikiLeaks, mènent la contre-attaque, mais le fait qu’ils montrent autant de vigueur à venir à bout de l’organisation ne manque pas d’ironie, pour le pays qui se veut le gardien ultime de la liberté d’expression : cette circonstance peut aider le public à comprendre où s’arrête la liberté d’information, métamorphosée par les récentes avancées techniques, et où commence le secret d’Etat, moteur des gouvernements modernes. »

Chapitre 1 : Les véritables origines de WikiLeaks : les lanceurs d’alerte

15_ « Le premier acte visible, l’acte fondateur des cypherpunks, en 1992, est de créer une mailing list qui associe en règle générale toutes les personnes intéressées par la cryptopgraphie. »

16_ Julian Assange en fait partie

17_ 1996, Jim Bell publie essai fictionnel, Assassination Politics, posté sur le Usenet : « explique hypothétiquement comment le caractère anonyme des transactions sur Internet pourrait permettre de diligenter des assassinats d’hommes politiques corrompus en pariant sur la date de leurs morts (le meilleur pari remportant la mise). »

20_ Pic d’activité des cypherpunks mais déclin dès 1997. Subsiste aujourd’hui

21_ « Qu’appelle-t-on les lanceurs d’alerte ? Ce sont des personnes qui, de par la situation qu’elles occupent, professionnelle, sociale, militaire, etc., découvrent une activité couverte par le secret mais qu’elles jugent répréhensible, ou, du moins, susceptible de nuire à l’intérêt de tous.

Il n’est pas question, dans l’esprit du lanceur d’alerte, de pratiquer la délation, de porter des accusations, mais de prévenir d’un danger, d’essayer d’amener à une prise de conscience suffisamment répandue d’une habitude problématique pour envisager son amendement. »

22_ « Don’t hate the medie : become the media » (Dead Kennedys)

26_ 1996, John Young lance Cryptum : publication de documents interdits par les gouvernements. Ce qui lui vaut des ennuis avec le MI6, le FBI, …

Chapitre 2 : Julian Assange, le hacker aux deux visages

36_ Equipe de hackers « International Subversives » en procès en Australie : Trax, Prime Suspect et Mendax (celui-ci étant Julian Assange)

40_ Se marie avec une fille de dix-sept ans : ont un enfant l’année suivante => vie plus stable que chez les parents. De là, peut se consacrer à plein temps au hacking

42_ International Subversives s’attaque à NorTel, réseau télécom canadien pourtant très protégé. Le groupe se fait remarquer par l’administrateur du réseau => renoncent avant d’être localisés

44_ La police débarque chez Mendax. Prime Suspect se retourne contre lui.

Chapitre 3 : Une équipe d’activistes

50_ Daniel Domscheit-Berg, pseudo Daniel Schmitt, allemand de 32 ans, longtemps porte-parole du site en compagnie de Julian Assange

54_ S’éloigne d’Assange en créant OpenLeaks, qui ne se veut cependant pas concurrent de WikiLeaks

54_ « Le Technicien » et « l’Architecte » : surnom de membres ayant rejoint WikiLeaks à ses débuts

57_ « D’après Daniel, le départ de l’Architecte, emportant avec lui tout le code dont il est l’auteur, a causé l’incapacité de WikiLeaks.org à fonctionner normalement depuis septembre 2010. »

59_ Birgitta Jonsdottir, députée islandaise : « Elle fait cependant partie des personnes dont les comptes Twitter sont saisis par la justice américaine fin 2010, en raison de leurs liens avec l’organisation. »

60_ Jacob Appelbaum, chercheur en sécurité informatique à l’Université de Washington : porte-parole de WikiLeaks à la HOPE (conférence sur hackers)

L’un à initier projet Tor (The Onion Routing project) = navigation anonyme

Chapitre 4 : Un fonctionnement opaque

69_ « … WikiLeaks possède déjà des « sites miroir » qui sont une autre solution pour pallier à cette situation. Le site « miroir » est une copie exacte du site original, hébergée sur un autre serveur, situé physiquement à un endroit différent du premier : … »

70_ « Dans les années qui viennent de s’écouler, le choix d’Assange et de ses partenaires s’est ainsi porté sur la Suède comme hébergeur principal du site. Pourquoi ? D’abord parce que la Suède possède une des meilleures législations au monde concernant la liberté de la presse, … »

77_ « Il ne faut pas oublier la composante Wiki incluse dans le nom WikiLeaks : elle indique un mode collaboratif salutaire, la participation possible de tous au fil de ses fuites, comme contributeurs, mais aussi comme éditeurs. »

81_ « Il semblerait que le mode de décision autistique de Julian Assange ait aussi le défaut de souligner ses faiblesses dans des occasions importantes : son ambition d’être reconnu comme journaliste (dont il ne fait pas secret), au lieu d’être constamment traité de hacker, n’est sans doute pas pour rien dans cette façon de faire. »

82_ « Un des défauts de WikiLeaks est en effet de publier tellement d’informations différentes que certaines, pourtant très pertinentes, sont destinées à être noyées dans la masse en raison de leur volume ou de leur austérité. »

OpenLeaks fonctionne de manière collégiale : veut combler les défauts d eWikiLeaks

Chapitre 5 : Les premiers coups d’éclats oubliés de WikiLeaks

84_ Fin 2006, premier scandale révélé : concerne le cheik Hassan Dahir Ayews, chef religieux somalien. WikiLeaks hésite à publier l’une de ses lettres où il appelle à exécuter les officiels du gouvernement au moyen de criminels engagés, pour dissimuler la manœuvre.

85_ Novembre 2009, correspondance des scientifiques de la Climatic Research Unit, de l’Université d’East Anglia publiée. Les commentaires dénoncent la volonté des scientifiques de manipuler les données pour exagérer la menace de réchauffement climatiques.

87_ Assange au Kenya en août 2007. WikiLeaks révèle détournements de fonds de Daniel Arap Moi, alors soutien d’un candidat à la présidentielle. En novembre : Raila Odinga, fils du premier président du pays et soutenu par Daniel Arap Moi, accusé de vouloir instaurer la charia

91_ Fin 2007, révélations sur camp de Guantanamo. Situation déjà connue, mais document plus détaillé

94_ Février 2008, Julius Bär, « qui entretiendrait des liens coupables avec les îles Caïman »

97_ « Devant la justice, le Premier amendement de la Constitution américaine est invoqué pour la défense de WikiLeaks. Sacro-saint, aux Etats-Unis, il garantit la liberté d’informer : c’est grâce à lui que le juge White invalide sa première décision le 29 février 2008, tandis que la banque renonce aux poursuites le 5 mars, validant ainsi une nouvelle victoire pour le site. »

Rudolf Elmer serait l’informateur, employé de cette banque

99_ Mars 2008, Eglise de scientologie. Laquelle refuse de poursuivre WikiLeaks, découragée par ses précédents juridiques

101_ Anonymous ont piraté le compte Yahoo! de Sarah Palin, candidate à la vice-présidente sur la liste de John McCain. Problème : ces révélations touchent sa vie privée. Affaire révélée par « Rubico », en fait David Kernell, étudiant de vingt ans, fils d’un député démocrate : les services secrets parviennent à le retrouver

103_ Fin 2008, liste des membres de British National Party. Révélée par Matthew Single

Chapitre 6 : L’année des rêves les plus fous et des fuites

105_ Début 2009 : « 86 enregistrements de conversations téléphoniques entre politiques péruviens et des businessmen qui avaient pris part au scandale intervenu l’année précédente au Pérou : une chaîne de télévision nationale avait mis à jour, par la diffusion d’une première conversation téléphonique, des arrangements à la tête de l’Etat entre le Petroperu (l’agence de l’Etat à l’énergie) avec des compagnies pétrolières dont la Discover Petroleum, de Norvège. »

106_ 1 235 pages sur affaire Dutroux, mais aussi coordonnées et relevés bancaires

111_ Schmitt et Assange annoncent à la télé islandaise le projet IMMI (Initiative islandaise pour la modernisation des médias). Schmitt le détaille : « Notre idée d’un paradis pour la liberté des médias visait à transformer une île offshore dans laquelle les lois sur la finance étaient particulièrement favorables aux banques, l’Islande, en île offshore pour la liberté de l’information. »

Rappel : Islande, 1er en 2008 et 9e en 2009 dans le classement RSF / liberté de la presse

114_ Octobre 2009, publication du JSP 440 = document de 2001 du ministère de la Défense britannique ; protocole afin de garantir l’intégrité et la confidentialité des systèmes informatiques militaires ; journalistes y sont décrits comme des menaces !

118_ Transcription de 573 000 messages de pagers, soit 6,4 millions de mots, envoyés durant les attaques du 11 septembre. « Ils ne contiennent que des échanges impliquant les agences gouvernementales et les employés des grandes firmes qui constituent les occupants presque exclusifs des deux tours. »

Chapitre 7 : WikiLeaks s’attaque à l’Armée américaine

126_ « Le 5 avril 2010, WikiLeaks diffuse une vidéo qui va faire entrer le site dans une nouvelle dimension. De lanceur d’alerte perdu dans la masse, il va finir de parcourir le chemin de la consécration internationale, en créant dans un premier temps un buzz qui fait le tour du monde en quelques jours à peine, relayé par le communauté du Net. »

127_ Assange est alors en Islande pour porter le projet IMMI. « L’équipe se rend compte qu’elle a entre les mains une vidéo correspondant à un événement troublant qui a pris place le 12 juillet 2007, au cours duquel deux journalistes de l’agence Reuters ont trouvé la mort. »

130_ « Le RPG est un lance-roquettes : le soldat est en train de confondre l’appareil photo que l’un des deux journalistes porte en bandoulière avec un objet qui fait quatre ou cinq fois sa taille. Durant cette scène surréaliste, les soldats s’inventent une menace de toutes pièces, alors que les gens qui deviennent leurs cibles ne perpètrent clairement aucun geste qui pourrait être interprété comme une menace, semblent discuter, et ne se rendent même pas compte de la menace que constitue l’appareil qui tourne en rond au-dessus d’eux. »

139_ « Ethan McCord, le soldat qui s’est vu refuser le droit d’amener les enfants à l’hôpital militaire est devenu objecteur de conscience, tout comme trois de ses camarades présents sur place ce jour-là – c’est ce faut qui étonne le plus Julian Assange, quand il revient sur les conséquences de la diffusion de la vidéo. Il faut y voir le signe que l’attitude plus que scandaleuse des soldats présents à bord de l’hélicoptère divise jusqu’au sein de l’armée américaine. »

142_ « Dès le début, l’administration insiste sur le caractère illégal de l’action de WikiLeaks, plutôt que de se défendre quant au contenu présenté ; … »

Chapitre 8 : Comment Bradley Manning est tombé

146_ = Soldat américain (+ origine anglaise) de 22 ans. Mai 2010, est considéré comme le principal suspect de la fuite de la vidéo ayant fourni la base de Collateral Murder. Est détenu sans explication plusieurs semaines au Koweït.

Promu analyste en raison de ses talents en informatique

Chapitre 9 : Ce que nous apprennent vraiment les « Journaux de guerre »

161_ Afghan War Diary, publié le 25 juillet 2010. Contient 91 731 documents allant de juin 2004 à décembre 2009 ; seuls 75 000 documents sont effectivement publiés. The Guardian, avec l’aide de Google Maps, effectue un travail de géolocalisation

170_ « En Irak, l’armée américaine a par exemple conservé un compte précis des pertes civiles qu’elle niait publiquement détenir jusque-là. Il y aurait eu 66 000 morts civils, sur un nombre total de 109 000 morts, soit plus de la moitié. Or, d’après plusieurs autres sources, dont l’Iraq Body Count Project, ce rapport omettrait de nombreux morts dans le compte de ces civils, aux alentours de 15 000, en raison d’engagements massifs de l’armée américaine où celle-ci n’aurait pas fait de compte séparé des combattants et des civils. Le nombre total de morts serait plus proche de 150 000, dont 80 % de civils, soit 120 000. »

Chapitre 10 : Les enseignements du Cablegate

176_ « … le journal Le Monde a retardé la publication d’un câble faisant mention depossibles financementssecrets de partis politiques français – dont celui du président Sarkozy – par des leaders de pays africains pour « complément d’enquête ». »

Chapitre 11 : La guerre contre WikiLeaks

191_ « Devant une assemblée de journalistes réunisau club de presse international Frontline de Londres (qui avait été pendant quelques semaines le refuse de Julian Assange), […] le banquier suisse Rudolph Elmer, remet au fondateur de WikiLeaks deux CD censés contenir les noms des clients de banques ayant cherché à échapper au fisc. Rudolph Elmer a travaillé pendant huit ans aux îles Caïmans, et souhaite par ce geste dévoiler les pratiques secrètes des banques et des comptes off-shore. »

197_ « Fin décembre 2010, la CIA décide de lancer une cellule spéciale pour limiter les dommages de la publication des câbles diplomatiques. Son nom ? La WikiLeaks Task Force, dont l’acronyme est WTF. […]

= « volonté des services de renseignements américains de proposer une contre-attaque envers WikiLeaks »

205_ « … MasterCard International, Visa Europe et PayPal annoncent […] qu’elles suspendent tous les paiements destinés à WikiLeaks, jugeant que les activités du site sont « illégales », en attendant de recevoir des informations certifiant qu’elles ne contreviennent pas à leurs règles de fonctionnement avant de lever cette « suspension ».

207_ « Sur ce sujet, WikiLeaks est une nouvelle fois aidé par les Anonymous… »

Chapitre 12 : La risposte

210_ Anonymous les défend jusqu’à rendre hors service des entreprises financières ou pirater la boîte mail des avocats des deux Suédoises accusant Assange d’agression sexuelle. Attaque également les sites du gouvernement du Zimbabwe, « après que la femme du président ait attaqué en justice un journal, lui réclamant 15 millions de dollars, suite à la publication d’un câble où celle-ci était liée à un trafic de diamants. »

213 à 215 : voir photos

220_ Assange reçoit le soutien de Poutine, qui a « mal supporté la teneur des câbles diplomatiques au sujet de son gouvernement… »

224_ « Ceci montre deux éléments très importants. Le premier est que WikiLeaks et ses révélations changent radicalement les rapports des peuples avec leur pouvoir, et que ces derniers, qui ont caché pendant si longtemps des informations relevant de l’exercice démocratique auquel tendent tous les peuples du monde, sont appelés à faire preuve d’une plus grande transparence.

Le deuxième est que cet appel à la liberté vient dorénavant également d’Internet, et qu’il peut avoir une influence très forte et très rapide sur le monde réel. »

Chapitre 13 : Clash et doutes sur le financement

226_ Daniel Domscheit-Berg fait des révélations sur Assange (menteur, paranoïaque, …) : celui-ci lance une action en justice contre lui. Plainte pour deux affaires différentes :

– l’une pour « falsifications calomnieuses »

– l’autre pour présumé « sabotage » du site

229_ « La clandestinité de WikiLeaks lui a permis de se protéger de certaines attaques judiciaires, mais elle lui retire également le droit de se constituer comme une personne morale et faire appel à la loi. »

235_ « Le nombre de documents que reçoit WikiLeaks est de plus en plus phénoménal, et s’il souhaite parvenir à en analyser le maximum, il lui faut s’entourer de collaborateurs et de journalistes à temps plein, ce que le site confirme en disant vouloir embaucher des journalistes. Cette masse salariale est estimée à environ 1 million de dollars annuels. »

Chapitre 14 : L’« Affaire Assange » peut-elle couler WikiLeaks ?

248_ Elle éclate le 20 août 2010. « Ce jour-là, la justice suédoise dépose une plainte à l’encontre de Julian Assange pour deux tentatives de viol et lance un mandat d’arrêt contre le citoyen australien. »

250_ Il faut en réalité remonter au 11 août 2010 : conférence à Stockholm organisée par le « Mouvement féministe », dirigé par Anna Ardin, 31 ans.

251_ « Bien qu’elle n’ait jamais rencontré Julian Assange par le passé, Anna Ardin lui propose à son arrivée en Suède de rester chez elle le temps de son séjour. Le fondateur de WikiLeaks a l’habitude de ce genre d’hospitalité, et accepte cette invitation. »

252_ Elle rentre chez elle plus tôt que prévu. Ont une relation, mais le préservatif casse. « C’est cet incident, qui semble anodin sur le moment, qui va pourtant devenir la clé de l’histoire : Julian Assange a-t-il délibérément « cassé » le préservatif et empêché Anna Ardin de sortir du lit en la bloquant de tout son poids, comme le dit la jeune femme, ou est-ce simplement un incident lors d’une relation sexuelle consentante, comme l’affirment les avocats de l’Australien? »

Ils n’en discutent pas sur le moment, ni le lendemain, où ils se trouvent sans problème dans une même conférence. Ce soir là, il rencontre Mademoiselle W., 27 ans, genre de groupie d’Assange. Elle l’invite à passer la nuit chez elle, à une cinquantaine de kilomètres de Stockholm. Elle déclare que c’est sa première relation non protégée. Elle contacte son amie Anna (!!!), laquelle demande à Assange de faire un test VIH, ce qu’il refuse. Elle vont à la police non pour porter plainte mais pour demander conseil. La policière estimant que c’est un crime, elle ouvre une procédure.

254_ Le 20 août, Assange mis à la porte, soit le jour-même du début de ses ennuis. Il parle de complot sur Twitter

Conclusion : La révolution du secret

265 à 267 : voir photos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *