Mythologie de la presse gratuite, Rémy Rieffel, Le Cavalier Bleu, 2010

  • Presse gratuite originaire de Suède et Norvège : promoteurs ont vision du bien commun et du service rendu

  • Consommation de plus en plus rapide et utilitaire de l’info ? Correspond aux nouveaux modes de vie ? (+ mobilité, culte des loisirs, …)

  • 2007 : 90 journaux gratuits en France : 25 d’info générale (Metro, 20 Minutes, …) ; 65 spécialisés (Sport, A nous Paris, …)

  • 2008, selon Association mondiale des journaux, presse gratuite = 7% de la diffusion mondiale ; 23% en Europe !

  • Héritage des Lumières : gratuité de l’enseignement et de l’accès au savoir

  • 1er au monde : 13 février 1995, Metro publié en Suède. Suédois habituellement gros consommateurs de presse écrite et + touchés par les notions d’entraide et solidarité

  • 1999 : 20 Minutes lancé en Norvège, par deux quotidiens payants d’Oslo

  • Allemagne réticente : donc journaux allemands payants lancent eux-mêmes leurs gratuits

  • France : Suède attend 2002 car craint réaction des ouvriers du Livre. Premier Metro apparaît le 18 février 2002 à Paris seulement. 20 Minutes un mois plus tard

  • Lancement mouvementé en France : colporteurs Metro agressés par journalistes du Monde. A Marseille, CRS surveillent même l’acheminement des gratuits

  • « Presse fast-food » dit Pierre Georges dans un billet du Monde du 20 février 2002

  • Ministre Culture se charge de l’affaire. PDG de Metro critique système de presse français et remarque que les autres villes du monde n’ont pas eu de telle réaction

  • 2008 : au final, alliance payants-gratuits : Direct Plus (Vincent Bolloré) partenaire du Monde ; Metro allié à TF1 ; 20 Minutes à Ouest France

  • Juillet 2008 à juin 2009 : gratuits touchent 4,5 millions de gens (2,5 en IDF) ; payants touchent 8,6 millions (3,2 en IDF)

  • 2006 : 20 Minutes devient premier journal devant le Monde en terme de nombre de lecteurs

  • De même, en terme de diffusion : gratuits entre 350 000 et 750 000 exemplaires ; Le Monde ou Figaro : 300 000

  • Denis Olivennes : La Gratuité, c’est le vol

  • Pub plus rentable dans gratuits, car ils sont lus plus rapidement : quelques secondes sur 15-20 valent mieux que quelques secondes sur une heure !

  • Rentabilité car publiés jours actifs, et non les week-end, fériés et grandes vacances

  • Presse payante = média « push » car il pousse le produit vers le lecteur ; presse gratuite, à l’inverse = média « pull » car elle va attirer le lecteur vers le produit

  • Cible : non-lecteurs de quotidiens payants, + de 30 ans, urbains, actifs, …

  • Quand gratuits suspendus en été, lecteurs ne se rabattent pas aux payants !

  • Info y est simpliste, divertissante et positive => vecteurs de la culture de masse énoncée par école de Francfort

  • Contenu local très faible ; celui-ci provient de dépêches, de communiqués de presse, …

  • « Metro » : métonymie du lieu de distribution ; « 20 Minutes » : celle du temps de lecture

  • Lettre O de Metro = planisphère = prétention globalisante

  • Dans rédaction des gratuits : 40% dans rédaction ; le reste = annonceurs, marketing, …

  • Journalisme « assis » VS journalisme « debout » (?)

  • Culture véhiculée par les gratuits = culture au rabais. Mais ne symbolise t-elle pas le culte de l’éphémère propre à notre époque ?

  • Recul poids payants ne correspond pas au recul général. Correspond plutôt à l’arrivée de nouvelles générations moins consommatrices

  • Régis Debray met en garde contre la culture de la vidéophère

  • Offres « triplay » (internet, TV, téléphone) rend plus accessoire encore les quotidiens payants

  • Dépêche = info idéale, objective ? Car méfiance des citoyens vis-à-vis des puissants, qu’ils soient politiques ou médiatiques, lesquels peuvent modifier l’info. Voir emballement médiatique sur le thème de l’insécurité pendant campagne 2002 ; affaire RER D en 2004, …

  • Primauté du descriptif et du narratif sur l’explicatif

  • Notion d’accès l’emporte sur celle de propriété

  • « Age de l’accès » dont parle Jérémy Rifkin => illustré par mondialisation de la comm.

  • Aujourd’hui, il coûte moins cher de générer des revenus publicitaires que d’aller à la conquête de lecteurs payants

  • Tous journaux papiers, gratuits ou payants, doivent nécessairement s’étendre vers le web. Les payants tendent à rendre gratuit les infos de base ; puis payants les infos plus poussées, les dossiers, les analyses, … (système de péage)

  • Rue 89 lancé en 2007: traitement de l’actualité différent des autres médias (sujets non traités ailleurs) ; appel aux internautes dans production de l’information

  • Magazine XXI lancé en 2008. Réussite ! Longs articles, collaboration avec écrivains, dessinateurs BD, … Preuve que la qualité de l’info nécessite exigence forte et moyens financiers
  • Risque : « Information riche pour les riches, information pauvre pour les pauvres » dit Bernard Poulet => info à deux vitesses ?
  • Acheter journal, du moins jusqu’au XXème siècle, était une sorte d’engagement vis-à-vis de la société : acte social et citoyen
  • « Le débat citoyen ne se déploie pas à l’aide de formats courts, d’idées vite digérées, de logique publicitaire […] mais sur l’échange d’arguments »
  • Gratuits = bien démocratique si réelle instruction du peuple
  • « Vu sous cet angle, les gratuits ne seraient-ils pas, en fin de compte, l’un des derniers avatars du désenchantement politique qui semble caractériser le monde contemporain ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *