Sociologie des pratiques culturelles, Philippe Coulangeon, La Découverte, 2006

  • 1960, poste « Loisirs, culture » au 7° rang sur 11 ; en 2000, au 4° rang, avec forte augmentation en 80 et 90’s

1 / Pratique culturelle et stratification sociale

  • 6_ Dans La Distinction :

    • Habitus : éléments constitutifs du style de vie. Impliquent frontières symboliques entre groupes sociaux et contribuent à renforcer leur cohésion interne

  • 6_ Ostentation (Veblen) : bien de luxe ou art = non pas usage des biens, mais plutôt mise en avant de leur pouvoir symbolique

  • 8_ Arbitraire culturel : dote classes dominantes d’une légitimité académique [Bourdieu et Passeron, 1970)

  • 9_ Société du risque [Beck, 1986] : inégalités et distinctions varient selon circonstances et enjeux

2 / Une pratique dominante : la télévision

  • 14_ TV permet usage relationnel = « ressourcer le lien social en lui donnant un fonds commun de conversations ne manquant pas nécessairement de consistance, mais peu susceptibles de les mettre en danger » [Derèze, 1994]

    • => TV consensuelle par ses programmes ?

  • 23_ TV : taux d’équipement plus élevé chez les ouvriers (96%) que chez les cadres (90%)

  • De même, multiéquipement plus élevé chez agriculteurs (50%), artisans et commerçants (48%), …

  • 25_ Agriculteurs les moins téléphages des PCS : 59 min / jour en 1998

    • Retraités : 2h56

    • Cadres : 1h09

  • 29_ Homme-masse [Ortega y Gasset, 1930] / Foule solitaire

  • 34_ « Il faut concentrer l’attention moins sur ce que les médias font aux gens que sur ce que les gens font aux médias » [Katz, 1959]

  • 33_ Katz distingue deux modèles de médias :

    • « effets puissants » : influence unilatérale dans constitution des opinions, valeurs, croyances, goûts, …

    • « effets limités » : mise à distance et d’interprétation des individus et groupes auxquels les messages des médias sont délivrés

3 / La lecture à l’épreuve de la culture de masse

  • 38_ « On peut penser que, s’apparentant de moins en moins à une « classe de loisir », les membres des classes supérieures arbitrent volontiers, en matière de loisirs et de culture, en faveur d’activités coûteuses en argent mais relativement coûteuses en temps » [Linder, 1982 ; Herpin, 2001]

    • Aller au restaurant, à l’opéra ou jouer au golf coûte beaucoup plus cher que lire un livre… mais prend beaucoup moins de temps

  • 44_ « Ainsi, selon Baudelot, Cartier et Detrez, en cherchant à imposer les normes de la lecture savante, « ce modèle terrifiant d’une culture libre et désintéressée dont on se sent exclu dès lors qu’on n’a jamais éprouvé le plaisir qu’on suppose réservé aux seuls initiés » [ibid., p. 87], l’école court le risque, en décourageant et en délégitimant les modes de lecture ordinaires, de décourager la lecture « tout court ». De fait, les habitudes de la lecture ne se forment pas exclusivement à l’école, et elles se mettent même parfois en place « contre » elle [Mauger, Fossé-Poliak et Pudal, 1999], comme le montre le cas des lecteurs autodidactes [Hébrard, 1985]. Dans ces conditions, les pédagogies de la lecture les plus centrées sur les intérêts des élèves ont plus de chances d’encourager durablement la pratique de la lecture que les enseignements littéraires prioritairement déterminés par référence à la définition savante de la lecture et de la littérature, au prix, certes, d’une diversification des textes lus et des manière de lire .»

  • 52_ Pouvoir d’interprétation et de co-construction du lecteur [Chartier, 1997]

  • Coopération interprétative / coproduction de sens [Umberto Eco, 1965 et 1979]

  • 53_ Communautés d’interprétation [Fish, 1980]

  • 54_ Jean-Marie Goulemot fait lire L’Éducation Sentimentale à deux ans d’intervalle à une même classe :

    • 1967 : considéré comme roman d’apprentissage sentimental

    • 1969 : roman politique (après mai 68)

  • 56_ Hoggart définit :

    • attention « oblique »

    • « lecture distraite »

    • « consommation nonchalante »

4 / Musique : la montée de l’éclectisme des goûts

  • 57_ « Dans l’éventail des pratiques culturelles, l90es préférences liées à la musique sont crédités d’un fort pouvoir de « classement » social » [Bourdieu, 1984, p. 158]

  • 62_ « L’éclectisme apparaît en effet, selon Passeron, comme le privilège des nantis de la culture savante qui surajoutent au répertoire des pratiques « légitimes » un certain nombre d’emprunts aux pratiques « illégitimes ». »

  • 64_ Femmes préféreraient les musiques de variétés car comportent du texte. Or = fiction ; renvoie donc aux romans !

    • => partition sexuée des goûts musicaux

  • 71_ Radio = « culture de la chambre » chez les jeunes [Frith, 1978] = délimite espace culturel autonome

5 / Pratiques amateurs et autoproduction visuelle

  • 76_ « Le nombre moyen de livres lus chaque année est près de deux fois plus élevé (28 livres) chez les personnes qui ont une pratique d’écriture amateure que chez ceux qui n’en ont pas (16 livres) »

6 / Sorties culturelles et loisirs d’exception

  • 90_ Fréquentation des lieux de patrimoine = activité culturelle la plus populaire

  • 96_ Passeron et Pedler, 1991, ont montré que les plus diplômés (bac + 4 et plus) ne sont pas ceux qui restent le plus longtemps dans une expo de musée. Au contraire, c’est le cas des diplômés intermédiaires (bac + 2 ou 3)

  • 97_ Les plus diplômés et les membres des classes supérieures tendent à ne pas apprécier l’art contemporain et l’avant-gare ; voit ces œuvres comme « décoratives »

  • 98_ Cinéma = pratique familiale avant 15 ans et après 25 ans. Après 40 ans, plutôt pratique solitaire

    • => attribut de l’autonomie culturelle des adolescents

  • 101_ « La télévision exerce un effet « moyennisateur » qui se manifeste dans le fait qu’un certain nombre de films d’audience confidentielle à leur sortie en salle trouvent un public plus diversifié après leur passage à la télévision » [Guy, 2000]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *