Sur la télévision, suivi de L’emprise du journalisme, Pierre Bourdieu, Liber, 1996

Avant-propos

  • TV = danger pour la vie politique et démocratique

  • « Vision étroite et étroitement nationale, pour ne pas dire nationaliste, de la politique »

Le plateau et ses coulisses

  • TV « est devenue aujourd’hui une sorte de miroir de Narcisse », car les écrivains aiment y paraître ; ce ne sont plus leurs œuvres ne font plus leur continuité, mais leurs apparitions

  • 13, « censure invisible » :

– sujet imposé

– conditions de communication imposées

« limitation du temps impose au discours des contraintes telles qu’il est peu probable que quelque chose puisse se dire »

  • 14, « Il est évident qu’il y a des choses qu’un gouvernement ne fera pas à Bouygues, sachant que Bouygues se cache derrière TF1 »

  • 16, TV favorise « violence symbolique » = « violence qui s’exerce avec la complicité tacite de ceux qui la subissent » => faits divers et presse à sensation… « Mais les faits divers, ce sont aussi des faits qui font diversion », un peu comme le prestidigitateur qui attire l’attention sur autre chose que ce qu’il fait

  • 17, => « Or, le temps est une denrée extrêmement rare à la télévision. Et si l’on emploie des minutes si précieuses pour dire des choses si futiles, c’est que ces choses si futiles sont très importantes dans la mesure où elles cachent des choses précieuses » => risque pour ceux qui s’informent uniquement par la TV, non par les journaux

  • 18, La Misère du monde, par Patrick Champagne => parle banlieues et traitement journalistique => « Ils opèrent une sélection et une construction de ce qui est sélectionné »

  • 19, recherche de l’extra-quotidien + faire autre chose que les autres journaux = recherche scoop, originalité => au final, uniformisation et banalité

  • 20, But = « évoquer l’ordinaire de façon à ce que les gens voient à quel point il est extraordinaire »

  • 22, TV favorise cloisonnements et oppositions jeunes/vieux, étrangers/français, …

  • 23, Bourdieu dénonce que tous les journaux fournissent les mêmes infos

  • 26, « Circulation circulaire de l’information » par exemple par journaux TV de 20h qui s’inspirent des journaux lus le matin. Seulement changement de quelques détails

  • 28, « mentalité audimat »… même dans édition (nombre exemplaire vendus…)

  • 30, Urgence VS. Pensée :

=> Platon qui oppose philosophie qui a du temps et gens de l’agora, qui sont pris par le temps

=>TV, « penseurs qui pensent plus vite que leur ombre » ?

  • 32, débats sont faux, notamment parce que les journalistes et les politiques se fréquentent => complicité

  • 35, présentateur TV se fait porte-parole du public. S’il interrompt, c’est qu’il ne comprend pas, donc estime que le public entier ne comprend pas. Présenteur, selon Bourdieu, prend le public pour des « imbéciles » !

  • 37, rôle composition plateau :

=> on ne voit pas les non-invités, donc on ignore qui aurait pu venir

=> grèves 1995 : débat entre invités de droite et invités encore plus de droite, de telle sorte que ceux de droite apparaissent à gauche. En cause : aucun invité de gauche !

La structure invisible et ses effets

  • 45, « TF1 a changé le paysage audiovisuel par le simple fait qu’elle a accumulé un ensemble de pouvoirs spécifiques », notamment parts de marché

  • 47, années 50, la télé n’est pas destinée au journalisme, mais à la culture. Inversion totale au fil des décennies ! Cause = baisse ventes journaux, surtout ceux spécialisés en faits divers, car TV les traite « mieux » et en priorité

  • 49, journaux de réflexion apparus fin XIX ème siècle pour s’opposer aux journaux à grand tirage. Sensations, par faits divers, non appréciés par les élites et penseurs

  • 49, « On risque toujours de décrire comme quelque chose d’inouï quelque chose de banal, simplement par inculture » => parle de l’inculture des journalistes !

  • 50, « La télé peut rassembler devant le journal de 20h plus de gens que tous les quotidiens français du matin et du soir réunis »

  • 52, présentateurs, animateurs, commentateurs => incarnent morale de petite bourgeoisie ; disent « ce qu’il faut penser » et définissent les « problèmes de société »

  • 52, journalistes doivent leur importance au fait qu’ils détiennent le monopole de la production et de la diffusion à grand échelle de l’information => d’où entourage des puissants (politiques et intellectuels)

  • 55, TV 50’s = outil culturel VS. TV 90’s = talk-show, tranches de vies, voyeurisme…

  • 57, Bourdieu estime que les affaires et les débats sont déterminants seulement s’ils sont mis en avant par la TV => d’où encore idée de circulation circulaire de l’info + menace presse écrite

  • 59, « Les faits divers ont pour effet de faire le vide politique, de dépolitiser et de réduire la vie du monde à l’anecdote et au ragot »

  • 61, « Le champ journalistique a une particularité : il est beaucoup plus dépendant des forces externes que tous les autres champs de production culturelle »

  • 63, « BHL est devenu une sorte de symbole de l’écrivain-journaliste ou de philosophe-journaliste »

  • 65, « Un ‘bon historien’, c’est quelqu’un dont les bons historiens disent qu’il est un bon historien » => hétéronomie si non-historien donne son avis. Pour Bourdieu, la presse le fait ; d’où les « tops » 10 des intellectuels, des stars, … + Champ journalistique agit donc sur autres champs (culture, sciences, …)

  • 68, TV parle seulement des best-sellers => risque pour petits auteurs

  • 70, pour scientifiques, historiens, physiciens, notoriété par leurs apparitions dans les médias ou par leurs pairs ?

  • 74-75, contradiction : journaux relatent faits divers, comme français agressé par un arabe ; FN s’empare du sujet… alors même que les médias dénoncent le FN ! => en montrant le racisme, on le favorise ?

L’empire du journalisme

  • 81, « Le degré d’autonomie d’un organe de diffusion se mesure sans doute à la part de ses recettes qui proviennent de la publicité et de l’aide de l’État »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *