Une histoire des médias. Des origines à nos jours, Jean-Noël Jeanneney, Seuil, 2011

Introduction / Les médias et l’opinion

  • 11_ Sources premières / brutes : journaux intimes, correspondances, graffiti, écoutes téléphoniques

    • Sources secondaires : interprétations de l’opinion publique

  • 14_ IFOP, fondé en 1939 par Jean Stoetzel. Premier sondage le 1er mai 1939. Indique qu’au lendemain de la crise de Munich :

    • 57% favorables

    • 37% hostiles

    • 6% sans opinion

  • Raymond Aron : « Une idée fausse est un fait vrai »

  • 17_ Georges Brudeau, in Encyclopedia Universalis : « Si l’on veut conserver à l’opinion publique sa spécificité, il convient de mettre en relief sa généralité et, pour tout dire, sa vocation à être dominante. »

  • 20_ Note sur la quatrième édition : PHOTO

Chapitre I : Préhistoire et prime enfance

  • 23_ Auguste Comte : « Il faut savoir, afin de prévoir et de pourvoir »

  • 24_ « Ainsi est-on… » : PHOTO

  • Premiers médias : entaille dans un arbre, fumée (élection du pape, notamment), flamme la nuit, …

  • 28_ Agora : Rome et Grèce, on affiche nouvelles du jour dans une sorte de journal officiel, Acta publica, acta diurna

  • 29_ 1473 : premier libre imprimé à Lyon. Aussitôt paraissent des « occasionnels », à mi-chemin entre tract et journal. En italien, ces occasionnels sont dits gazzette (= petite monnaie). Jeu de mots avec gazza = pie. Donc jaser en français

  • 30_ Citation Maurice Lever : PHOTO

  • 31_ Almanachs : premiers calendriers en 1448 à Mayence = signifie en arabe « l’an prochain »

  • 32_ « La Muse historique » : journal de divertissement et d’échos, par Jean Loret. De 1652 à 1665. Tout écrit en vers, car c’est encore la tradition

  • 38_ Ben Jonson, en 1636 à Londres, représente The Staple of News (La Boutique des nouvelles). Met en scène, pour la première fois, le personnage social du journaliste => prêt à écrire n’importe quoi pour vendre

  • 42_ Renaudot : « L’histoire est tenue de dire toujours la vérité, la [gazette] le fait assez si elle empêche de mentir »

Chapitre II : XVIII e siècle, la gloire de l’Angleterre

  • 45_ On y parle déjà de « quatrième pouvoir »

  • 46_ De 1702 à 1735, premiers quotidien du monde occidental, le « Daily Currant »

  • 47_ Puis « Spectator » dès 1711 : 3 000 exemplaires, record pour l’époque. « Cabinet de lecture » : si manque de moyens pour payer le journal, lecture en public => entre tradition orale et écrite

  • 51_ Libel Act, succède au Licensing Act dès 1792

  • 52_ « Addison écrivait… » : PHOTO

  • 54_ Frédéric Guillaume Ier de Prusse (1713-1740) interdit tout journal. Seuls deux à ses mains => son fils Frédéric II le Grand, « éclairé », plus flexible. Mais pendant Guerre de Sept ans, (1756-1763), publie fausses infos pour tromper les ennemis !

  • 57_ Voltaire CONTRE la presse autre qu’officielle ! => « La presse est devenue un des fléaux de la société et un brigandage intolérable ». Il trouve le livre plus réfléchi

  • 56_ Idem de Diderot dans Encyclopédie : « De la même encre… » : PHOTO

    • Idem de Rousseau : « Quant à Rousseau… » : PHOTO

  • 58_ Fréron, journaliste, « censuré » par Voltaire car contre-courant des Lumières

  • 63_ « Lorsque Brissot… » : PHOTO

  • 65_ Target, magistrat et publiciste, entre à l’Académie en 1788 => premier journaliste ! Duc de Nivernais dit : « L’emploi du journaliste est digne désormais d’être exercé par les meilleurs esprits »

Chapitre III : La Révolution française et la presse

  • 68_ Trois raisons de méfiance envers la presse :

    • secret vu comme protection des privilèges

    • Révolution rend hommage à un modèle dominant : l’Antiquité

    • presse non seulement miroir du jeu politique, mais surtout acteur central => rend haletant le récit des événements + précipite les émotions

  • 71_ 1788 : prise des Tuileries a mis du temps à se diffuser, à l’inverse du 14 juillet 1789, où de nombreux journaux existent. Le premier à en parler est le « Courrier de Versailles à Paris » : paraît dès le 15 au matin. Antoine-Louis Gorsas travaille toute la nuit ! Mais paysans et illettrés ne sont informés que par la rumeur

  • 72_ Là que naît l’ « esprit public » (non pas « opinion publique »)

  • 76_ Dans cahiers de doléances, 80% des urbains réclament liberté de publication de périodiques (surtout Tiers-Etat et noblesse)

  • 77_ Ultimes effort de censure : « Le Patriote français » de Brissot. De fait, connaît succès et influence ! Cesse en mai 1789 mais reparaît dès le 28 juillet

    • Mirabeau et ses « Etats Généraux » : censuré. Le transforme en « Lettre du Comte de Mirabeau à ses commettants », qui devient le « Courrier de Provence » (y est député)

  • 80_ Après 14 juillet : 200 imprimeurs à Pais (contre 36 à la fin de l’Ancien Régime)

    • Avec Emile, Rousseau touche « seulement » 6 000 livres

  • 81_ De 1792 à 1794, 300 000 exemplaires vendus par jour à Paris selon Jeremy D. Popkin. Selon la poste, en 1793 : 80 000 exemplaires vers province et étranger par jour

    • /!\ Après le Consulat : 33 000 exemplaires !

  • 81_ Desmoulins : « Les journalistes, aujourd’hui, exercent une fonction publique : ils dénoncent, ils jugent, ils absolvent et ils condamnent »

  • 83_ « Si l’on se penche… » : PHOTO

  • 86_ 15 décembre 1792 : la Convention vote une loi interdisant de travailler au rétablissement de la monarchie => fin presse royaliste

    • Dès le 2 juin 1793 : fin des feuilles girondines et du « Patriote français » de Brissot

Chapitre IV : La liberté fait tache d’huile

  • 87_ John Walter, britannique, fonde en 1785 le « Daily Universal Register », qui deviendra le « Times » en 1788. Journal corrumpu ! Car on leur verse :

    • suppression fee : pour ne pas voir paraître ce qui gêne

    • contradiction fee : pour pouvoir écrire un article qui réfute

  • 89_ « Times » invente le correspondant à l’étranger

    • En 1814, imprimerie à vapeur. Déplaît aux ouvriers, dont les salaires augmentent tout de même

  • 92_ « Times » couvre avec succès la guerre de Crimée (1854-1856) : entre Prusses et Français / Anglais

  • 94_ Parution du « Punch » (GB), satirique avec caricatures. En France :

    • 1830, « La Caricature », par Philipon (lequel représente Louis-Philippe en poire)

    • 1832, « Le Charivari », par Daumier

  • 95_ Première ligne de télégraphe entre Calais et Douvres dès 1850. En 1866, entre Europe et Amérique

  • 102_ 1828, Emile de Girardin lance « Le Voleur » : reprend les meilleurs articles de la semaine (pas encore de droits d’auteurs!)

    • 1831 : lance le « Journal des connaissances utiles »

    • 1836 : lance « La Presse ». Débats entre Girardin et Armand Carrel, journaliste plus « prestigieux » au « National » : se provoquent en duel => Girardin blessé, Carrel mort !

Chapitre V : L’âge d’or

  • 109_ 1869, en GB, abandon des taxes et du cautionnement, ce qui permet à la presse de prospérer

  • 1874 : loi, dans Empire allemand, levant les censures préalables

  • 110_ Edouard Belin invente le bélinographe pour reproduction de photos

  • 114_ 1863, Moïse Millaud lance le « Petit Journal », 5 centimes pour 4 pages

  • 116-117_ PHOTO

  • 122_ En GB : 6,5 millions d’exemplaires par jour (contre 9 en France). Mais on achète surtout le dimanche (10 millions!)

  • 123_ 1910, USA : 24 millions d’exemplaires par jour entre 2 430 titres. Mais journaux davantage lus sur la côte Est

  • 124-125-126_ PHOTO

  • 127_ « Le système perverti… » : PHOTO

  • 129_ « Au surplus, il est… » : PHOTO

  • 132_ « Tocqueville… » : PHOTO

  • 133_ Affaire Salengro : maire socialiste de Lille et ministre de l’Intérieur => presse extrême droite l’accuse de désertion pendant la guerre => le pousse au suicide

  • 133_ Rouletabille, figure du reporter intrépide, sans peur et sans reproche ; l’homme qui met la vérité au-dessus de tout et qui le débusque à tout risque au service d’une meilleure démocratie. Albert Londres […] est un fils de Rouletabille »

    • S’oppose à Georges Duroy, qui incarne la face sombre du métier. Personnage de Bel-Ami de Maupassant

  • 134_ Balzac : « Si la presse n’existait pas, il faudrait ne pas l’inventer »

Chapitre VI : La Grande Guerre

  • 142_ Lors de guerres de Crimée, des Boers et du Soudan, gouvernement britannique refuse d’envoyer des reporters. Fait appel à la version des officiers. Mais en 1914, face aux attentes des lecteurs, le gouvernement autorise les correspondants accrédités.

    • Exemple : photographe, d’abord perçu comme gênant, admiré par la suite pour son courage

    • En France, correspondants dès 1917 avec gouvernement de Painlevé. Auparavant, les récits d’écrivains sont trop « roses » et romancés, ce qui énerve les soldats !

  • 146_ Polémique sur la Maison de la presse : on reproche à Philippe Berthelot d’ « embusquer » des amis écrivains et artistes, car on estime que les « génies » doivent être protégés de la mort

  • 153_ Beaucoup de bourrage de crâne et de faux récits… A l’inverse, « Le Feu » d’Henri Barbusse apprécié des combattants pour sa fidélité des événements

  • 153_ « Le Canard enchaîné » de Maurice et Jeanne Maréchal en 1917. Référence à « L’Homme enchaîné » de Clémenceau

Chapitre VII : L’émergence de la TSF

  • 159_ TSF = Télégraphie sans fil

    • 1894 : première antenne créée + Marconi échange en morse via ondes hertziennes

    • 1899 : Marconi réussit liaison trans-Manche

    • 1901 : liaison trans-Atlantique

  • 167_ Radio, d’abord usage militaire : dès février 1922, antenne sur tour Eiffel

  • 170_ Du 3 au 12 mai 1926 en GB : tous les médias en grève => aucune info ! Churchill, alors chancelier, veut réquisitionner la radio, mais le premier ministre Baldwin s’y oppose

  • 171_ USA, rôle important radio en 1932 : de Roosevelt à Hoover, le premier est le plus radiogénique. Invente « causeries au coin du feu »

  • 174_ « Dans la plupart… » : PHOTO

  • 177_ « On pense au célèbre apologue… extérieure » : PHOTO

  • 179_ Pour se différencier de la radio, presse se distingue : thématique, femmes, mode, …

  • 180_ « Albert Londres… » : PHOTO

Chapitre VIII : La guerre des radios

  • 185_ « Ce chapitre… » : PHOTO

  • 195_ USA, contrairement aux autres pays, contre la propagande. Mais change d’avis après Pearl Harbor => 1942, Office de l’information de guerre (deviendra « Voice of America »)

  • 200_ Giraudoux, surnommé le « Marivaux de la TSF », par Anatole de Monzie, ministre munichois, car trop précieux, …

Chapitre IX : La presse écrite dans la seconde moitié du XX e siècle : déclin ou mutation ?

  • 211_ Ventes au Japon en hausse constante :

    • 27 millions d’exemplaires en 1950

    • 68,6 en 1986

    • 73 en 1997

  • A Tokyo, trois principaux journaux d’information :

    • Mainichi Shimbun

    • Yomiuri Shimbun

    • Asahi Shimbun

  • 218_ « Seuls souffrent les organes littéraires… » : PHOTO

  • 219_ « Revenons d’abord… » : PHOTO

  • 227_ 13 février au 14 mars 1947 : grève des ouvriers du livre. Aucun journal pendant un mois alors que beaucoup d’actualité sur la Guerre froide => report radio

  • 228_ Grèves aussi aux USA : 1962-63, 1966-67, 1978. En 1978, pas de journal à NYC du 8 août au 6 novembre !

    • En GB : « Times » ne paraît pas du 1er décembre 1978 à novembre de 1979

  • 230_ 1984, lois « anti-trust », dites aussi « anti-Hersant », lmite à 15% la part de la presse quotidienne qu’un groupe peut posséder

Chapitre X : Le Monde et Washington Post

  • 242_ 1951 : Beuve-Méry démissionne. Concurrence avec René Courtin, pro-USA. En 1953, revient avec naissance de la Société des lecteurs

  • 248-249_ PHOTO

  • 250_ « Le journal s’épaissit… » : PHOTO

  • 233_ Point commun entre « Le Monde » et « Washington Post » => « Une institution basée sur des principes éthiques »

Chapitre XI : La radio : nouvelle jouvence

  • 267_ 1945 : 5 millions de récepteurs radio

    • 1958 : 10,7

    • Rôle important de Pierre Schaeffer, ingénieur qui cherche à améliorer la « mise en ondes »

  • 273_ « Cette influence renouvelle » : PHOTO

  • 276_ Aux USA, apparition de radios non commerciales qui se regroupent en :

    • National Public Radio (NPR) en 1972

    • American Public Radio (APR) en 1982

    • => attirent 80% des auditeurs américains

  • 278_ Expression « radios libres » apparaît en Italie en 1968-69

  • 279_ Radio Luna, Italie, invente le strip-tease radio => repris par Carbone 14, années 80

  • 282_ Pouvoir socialiste d’abord peu enclin à autoriser pub sur radios. Mais face à leur multiplication (donc aides publiques!), pub autorisée dès avril 1984

  • NRJ suspendu car émet à 100 kW, alors que maximum autorisé est de 0,5 kW => Paul Guimard, membre de la Haute autorité, affirme avoir entendu NRJ sur son rasoir électrique !

Chapitre XII : L’émancipation politique de la télévision

  • 291_ 1932 : René Barthélémy lance TV couleur « façon française » : 1 heure par semaine à Paris

    • Georges Mandel, ministre des Postes, la favorise et installe premier studio rue de Grenelle en 1935. On parle alors de « radio filmée » !

  • 303_ Reith, premier directeur de BBC, invente cette devise : « Informer, instruire, distraire » => résulte de la commission Crawford de 1925, qui estime que les ondes = nation, gouvernement

  • 310_ « Cette doctrine… certaine réserve » : PHOTO

  • 311_ « Et en décembre… » : PHOTO

  • 313_ « Les événements… par la suite » : PHOTO

Chapitre XIII : Les vertus du double secteur

  • 1959 : émission d’argent américaine, « 64 000 dollars en question », s’avère truqué ! Robert Redford en fera un film, Quiz Show

  • Aux USA, TV trop « divertissante », donc coupée du monde universitaire et intellectuel

  • 329_ Deux acteurs de la privatisation de la TV :

    • groupes d’éditeurs

    • publicitaires (exemple de Berlusconi, ex-immobilier)

  • 333_ 1974, éclatement de l’ORTF par VGE. 7 sociétés apparaissent :

    • Radio France

    • TF1

    • Antenne 2 (A2)

    • France Régions 3 (FR3)

    • SFP (Société française de production)

    • TDF (Télédiffusion de France)

    • INA (Institut national de l’audiovisuel)

  • 339_ Catherine Trautmann, ministre de la Culture de Jospin, regroupe en 1997 France 2, France 3 et La Cinquième sous « France TV ».

    • Arte exclu car franco-allemand

Chapitre XIV : Les enjeux internationaux

  • 353_ « D’après Pierre Miquel, dans son Histoire de la radio et de la télévision, les soviétiques auraient utilisé vingt fois plus d’émetteurs pour brouiller la Voice of America, que celle-ci n’en utilisait pour diffuser des émissions. »

Chapitre XV : L’irruption d’Internet : plus rien comme avant ?

  • 369_ PHOTO

  • 372_ « Les dernières… » : PHOTO

  • 374_ « Le chagrin… » : PHOTO

  • 382-83 : PHOTO

  • 391 : premier paragraphe : PHOTO

  • 396 : « Granta », revue américaine, fondée en 1889 puis reparue en 1979. Se veut magazine d’une « nouvelle écriture » (écrivains et journalistes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *