Dernières nouvelles du crime, CNAM

SEMAINE 1 : Émergence de la criminalité globale

Au commencement était le crime

  • Durkheim : premier à définir le crime

    • « Ce qui heurte les états forts de la conscience collective »

  • Homicidité = élément le plus marquant d’un crime

  • Ce qui est nouveau est d’abord ce qu’on a oublié

Historiographie du crime

  • C’est le crime qui fait l’Histoire, plus que l’inverse

  • Villes, campagnes et territoires sécurisés seulement dès le Consultat

  • Sous l’Empire, le ministère de la police et les troupes de gendarmerie intensifient leur surveillance par crainte de révolte, d’attentat, de brigandage, de simples vols, …

  • Le crime s’organise et s’adapte aux réponses de l’État => les criminels utilisent les nouveaux moyens

  • Terrorisme politique : anarchisme, nihilisme, extrémisme, …

  • Société de consommation => laissés-pour-compte, frustrés, … qui veulent posséder

  • Cesar Lombroso invente un Atlas criminel (1876)

  • L’État s’est construit sur la violence, la crime, l’insurrection, … D’où son rôle régalien

  • « Droit de cuissage » = viol entre époux

La globalisation du crime

  • Elle commence en 1880 en même temps qu’une première globalisation

    • entraîne colonisation, processus d’import-export de produits illicites, prostitution internationale, …

  • L’invention du crime international, de Paul Knepper

  • Beaucoup de crimes à Londres et Liverpool car villes portuaires où les cultures (et les maladies) transitent !

  • Premier Londonistan : réfugiés et immigrés organisent depuis Londres des attentats comme celui de 1881 contre le Tsar Alexandre II, ou celui de 1894, où une bombe faillit détruit l’observatoire de Greenwich, un « 11 septembre miniature »

    • En réaction, l’Etat fait apparaître le premier Aliens Act => contrôle et régulation de l’immigration en GB

    • 1898 : première conférence internationale de lutte contre les menaces terroristes

  • Marseille et Chicago, deux autres foyers de la criminalité

    • Marseille : Carbone & Spirito créent la première internationale de la criminalité en intégrant trafics de stupéfiants, de vraies et fausses monnaies, prostitution, …

    • Chicago : Alphonse Capone, petit-aide comptable, fait en sorte d’intégrer dans l’économie l’argent des trafics, …

  • Organisation de type industriel entre Marseille et Chicago sur fond de trafic d’opium => première French Connection

  • Frères Guérini : avaient choisi la résistance et ont soutenu le futur maire Gaston Defferre

Les mafias (1)

  • Société secrète qui vise à la permanence de la relation. Fort rôle de la famille. Intègre un processus initiatique, une hiérarchie, des institutions => forme ultime du crime organisé

  • Sicile du XIXe siècle : on parle déjà des mafias

  • Mafia possède : un territoire, dont elle contrôle l’activité économique ; concurrence parfois l’État ; protège ses ressortissants ; conflits frontaliers fréquents

    • Zones neutres = Las Vegas, Atlantic City

Les mafias (2)

  • La Camorra : se lance dans les stupéfiants dans les années 60. Née de la libération du sud de l’Italie et du trafic de cigarettes américaines
    • Aujourd’hui : narcotrafic, ordures ménagères, escroqueries, mais aussi commerce légal histoire de blanchir leur argent
  • N’drangheta serait la mafia la plus dangereuse et la plus puissante au monde. Agit partout dans le monde, surtout dans le trafic de stupéfiants
    • Chiffre d’affaires : 140 milliards d’euros par an !
  • Cosa Nostra : à l’origine de toutes les mafias ; en Sicile au XIXe siècle ; structure pyramidale
    • Ne s’opposent plus à l’État (compromis avec) ; plus d’attentat ni d’assassinat ; invisibilité ; contrôle des initiés pour éviter les repentis => veut faire oublier sa présence / se modernise / mafia en col blanc

Copies conformes des mafias

  • 1900-1920 : immigration d’Irlande et d’Italie vers New York et Chicago
  • Triades chinoises : dès XVIIe siècle, par moines bouddhistes résistant à l’envahisseur Mandchou
  • Sun Yee On : plus grande triade, présente partout dans le monde
  • Chef = « tête de dragon ». A chaque grade correspond un numéro qui commence par 4 ; le 489 correspondant au chef
  • Yakuza, ou Boryokudan : mafia japonaise, créée au XVIIIe siècle ; adeptes du tatouages ; épreuves de soumission avec souvent amputation de l’oriculaire. Y en aurait 60 000

SEMAINE 2

Monter au braquo

  • Le gang des Tractions Avant (car usage Citroën 15)
  • Pierre Loutrel, dit Pierrot le Fou !
    • Se lie avec Jo Attia. Tous deux sont sans scrupules. Se rangent aux côtés de la Gestapo pendant la Guerre
  • Emile Buisson, ennemi public n°1 dans les années 50. Commence par un braquage en 1941/ Lui aussi proche de la Gestapo
    • 1947 : interné en psychiatrie
  • Jacques Mesrine, ennemi public n°1 dans les années 70. Beaucoup de braquages au Canada. Veut devenir le nouveau Bonnot
    • Fin de vie : carrière d’écrivain. Ecrit L’Instant de mort
    • 1979 : encerclé et abattu à Paris au volant de sa nature
  • Gang des Lyonnais : de 1967 à 1977. Quatre truands. Auteurs du casse de l’Hôtel des Postes de Strasbourg (~ 7 millions d’€)
  • Albert Spaggiari : casse du siècle à la Société Générale de Nice (50 millions de francs) en 1976. Cavale en Italie jusqu’à sa mort en 1989

Lyon, Grenoble et caïds de banlieue

  • Jean Augé, années 60. Abattu en 1973 (par le Gang des Lyonnais?)
  • 1975 : assassinat du juge Renaud
  • Mathieu Mattéi, membre du Service d’Action Civique, actif dans les boîtes de nuit, prostitution et stupéfiants
    • Beaucoup d’incendies de boîtes de nuit, dont le dancing du 5-7 en 1970 (146 morts)
  • « Attaque de la tirelire » : par Titi Pelletier (Montreuil) en 1977, attaque d’un camion transportant des pièces de 10 francs et se rendant à Bercy

Marseille et Paris

  • Frères Guérini (Antoine et Barthélémy) : entrent en Résistance. Se rallient à Gaston Defferre, élu maire de Marseille en 1947 (socialiste). Côtoient la SFIO et favorisent leur élection
  • Prennent possession de nombreux établissements de nuit
  • Gaëtan Zampa succède aux Guérini (Antoine exécuté, Barthélémy incarcéré). S’initie au proxénétisme et au racket dans les années 60 à Pigalle. Se diversifie dans les années 70
  • Francis le Belge succède à Zampa : lui aussi veut contrôler les casinos (=> règlements de compte sanglants). De 1975 à 1985 : emprisonné. De 1985 à 2000 (exécuté), il reprend en main le milieu Marseillais
  • Loi Marthe Richard, appliquée en 1946, interdit les maisons closes mais n’interdit pas la prostitution. Beaucoup d’hôtels de passes rue Saint-Denis (qui fait 800 mètres!). Prostituées cherchent protecteurs, souvent des truands, …
  • Juifs pieds-noirs contrôlent aussi la prostitution, en particulier les frateries Atlan, Perret et 4 frères Zemmour (lesquels dès 1955, éliminent les ennemis de leurs ancêtres)

La French Connection

  • Régie Française de l’Opium : l’État est le plus grand dealer début XXe siècle ! Intérêts économiques ; commerce avec l’Inde
    • Nations occidentales se coalisent contre l’empire Chinois lorsqu’il tente d’interdire la diffusion, la production et la consommation d’opium
  • Convention internationale de La Haye, 1912, vise à éradiquer le trafic d’opium => de là, Carbone et Spirito détournent les cargaisons / marché noir puis transfert vers USA dès années 30
  • Marseille au cœur du trafic : se rapproche de la Turquie, qui devient principal fournisseur de pavot (auparavant Indochine). Le milieu brise violemment les grèves CGT des dockers dans les années 50
  • Début années 70 : la French Connection est menacée. Laboratoires clandestins découverts, … La Turquie interdit, en même temps, la culture du pavot sur son territoire. Mafia américaine cherche donc de nouveaux opérateurs.
  • Marseille n’est plus lieu de l’export => elle cherche d’autres secteurs (d’abord cannabis puis héroïne)

Règlements de compte

  • 2013 : 51 sont recensés en France métropolitaine. Ce nombre est divisé de 2/3 entre 1980 et 2011. Hausse en 2012 puis de nouveau baisse en 2013
  • Définition donnée surtout par les médias et la police
  • Principaux départements touchés :
    • Seine-Saint-Denis
    • Isère
    • Bouches-du-Rhône, Var, Alpes-Maritimes
  • Corse avec :
    • Brise de Mer (en Haute-Corse) : années 70. Nom d’un bar. Individus venus de plusieurs petites familles locales. Attaque d’établissements financiers suisses, années 90.
    • Petit Bar (en Corse du Sud) : concurrent.
  • Trois fronts de guerre en Corse :
    • entre groupes nationalistes
    • entre grand banditisme
    • entre nationalistes et bandits

Pizza, Chinese et autres connections

  • Production héroïne s’écroule (suite aux ravages qu’il produit) au profit de la cocaïne (plus cher, pour artistes, …) et du cannabis
  • Milieu années 1990, caïds de banlieue et bandes des cités se passent des intermédiaires et pratiquent des « go fast » (= transfert rapide du lieu de production vers le lieu de diffusion / consommation)
  • Mules et nourrices : font partie de l’organisation du trafic ; gardent et protègent la marchandise

SEMAINE 3 : Guerres et crises financières criminelles

Le temps des guerres criminelles

  • Narcos États = les dirigeants des organisations se prennent pour des chefs d’Etat / dimension militaire
  • Guérillas : les FARC en Colombie ou les Maras au Salvador se considèrent comme une force d’occupation
    • Au Mexique (13e économie du monde!), les Zetas ont pris le contrôle de 13 États
    • => veulent démontrer qu’ils sont aussi puissants que l’État
  • Etat de Chihuahua au Mexique : sa capital, Ciudad Juares, est contrôlée par deux cartels. En guise d’armée, des hommes qui portent le logo de l’un ou de l’autre

Les crises financières criminelles (1980-1990)

  • Savings and Loans : petites caisses d’épargne aux USA. Dans les années 80, beaucoup d’entre elles sont subtilement braquées
    • Les responsables d’agences, menacés par les criminels, accordent des prêts sans dossier
    • => 100 milliards de $ sont ainsi subtilisés et transférés vers les paradis fiscaux
  • Au Japon, les Yakuzas s’en prennent aux Jusen, petites banques qui accordent des prêts immobiliers => détournent 90 milliards de $ !
  • URSS des années 90 = en pleine transition vers l’économie de marché (100 000 entreprises privatisées)
    • Détournement des aides internationales (FMI et Banque mondiale) au bénéfice des économies criminelles (Géorgie, Tchéchénie, …) => 100 milliards de $
  • Crise Tequila / Cocaïne au Mexique => le président privatise les banques en 1988 ce qui permet le recyclage des narco-profits et un blanchiment massif
  • Thaïlande, à l’origine de la crise de 1997 => chute du baht et des dizaines de milliards de $ blanchis
  • BCCI : Banque of Credit and Commerce International => fondée en 1972 au Pakistan. Installée au Luxembourg et aux Caïmans. Fait faillite en 1991 suite à une corruption interne généralisée. « La plus sale banque de tous les temps », écrit le Times
  • Gigantesque casino : des dizaines de banques sont poursuivies pour avoir contourné la réglementation : blanchiment, coopération avec des Etats voyous, manipulation des taux d’intérêt, spéculation, …

Les crises financières criminelles (2007 et suivantes)

  • Dès 1994, le gouvernement américain décide que les opérateurs financiers doivent déréguler seuls
  • L’espace offshore dispose de 70 000 milliards de $ d’argent pris :
    • aux classes moyennes qui évitent l’impôt
    • d’opérateurs criminels qui recyclent leur argent
    • d’états qui s’en servent pour fluidifier les rapports sociaux d’un certain nombre de contrats
  • Crise 2007-2008 : les banques ont créé un espace spéculatif nouveau :
    • subprimes : spéculation sur des prêts à des insolvables en attendant qu’ils ne puissent plus les rembourser ; montage sur du vide
    • ponzi : Bernard Madoff, président d’une société d’investissement de Wall Street, monte une escroquerie de type Ponzi => 65 milliards de $
  • Pyramide de Ponzi : les fonds des derniers entrants paient les intérêts promis aux précédents
  • En France : depuis 1974, des opérations visent à contourner les crédits et les taxes (surtout la TVA). Dernièrement sur les crédits Carbone. Mafia juive et israélienne ont réussi à détourner 5,5 milliards €

SEMAINE 4 : Terrorismes

Terrorisme et Etats (1)

  • En France, l’article 421.1 définit le terrorisme comme « le fait de troubler gravement l’ordre public par l’intimidation ou la terreur »
  • Terrorisme vient… de France avec la Terreur. Non pas contre l’État mais par l’État !
    • 1794 : pour maintenir l’ordre intérieur contre les ennemis de la Révolution
    • Précédent à la Terreur : le massacre de Saint-Barthélémy

Terrorisme et Etats (2)

  • Antiquité / Les Zélotes ou sicaires pratiquent l’assassinat contre l’occupant romain et les collaborateurs juifs jusqu’à ce que la répression conduise les habitants à se soulever afin que cesse la terreur
    • Sont à l’origine de la première guerre judéo-romaine (66 à 73). Assiégés à Massada en 73, ils se suicident collectivement
  • Zélote désigne aujourd’hui un religieux fanatique
  • Les Haschichins : société secrète terroriste dont les membres consommaient un produit issu du hashich, dirigé par « le vieux de la Montagne », dans la montagne d’Alamut non loin de Téhéran
  • Contre les Girondins, Marat et Robespierre applique la terreur (5 septembre 1793) : décapitations, fusillades, massacres, noyades forcées, …
    • Avec la « loi des suspects », en juillet 1794, toute la France devient suspecte. Près de 100 000 victimes. Robespierre tombe => les terroristes seront terrorisés à leur tour jusqu’en 1795
  • Arrivée de Napoléon et création de l’Empire, laquelle subira la terreur des Chouans, des vendéens, des royalistes. Échappe de justesse à un attentat : 22 morts et 50 blessés rue Saint-Nicaise le soir du Noël 1800
  • 1820 : assassinat du duc de Berry par Pierre Louvel, ouvrier bonapartiste
  • Louis Philippe échappe au célèbre attentat de Fieschi, anarchiste : 25 coups de canon le 28 juillet 1835

Terrorisme et Etats (3)

  • Selon Europol, entre 2006 et 2010, ce sont les attentats séparatistes qui sont les plus nombreux : 90% ! Seul 1% commis par djiadistes ou islamistes
  • Palestine : revendication d’un Etat en raison d’une langue et d’une culture différentes ; refus de l’existence de l’Etat d’Israël
  • Revendication idéologique et territoriale : FARC au Mexique ou Sentier Lumineux au Pérou, marqués par le marxisme léninisme
  • Terrorisme séparatiste : ETA Basque, IRA Nord irlandaise, FLB-ARB Breton, … => se détacher du pays pour accéder à l’indépendance ; y sont arrivs par guerre en Yougoslavie ; risque actuellement en Ukraine
  • Terrorisme religieux : entre shiites et sunnites en Irak et autres pays arabes ; protestants et catholiques en Irlande ; catholiques et orthodoxes en Ukraine, …
  • Terrorisme sociétal :
  • Terrorisme criminel : en Italie, par mafias, contre l’Etat, les magistrats, les édifices religieux, …

Terrorisme et État (3) – Les terroristes terrorisent l’État

  • Napoléon élu président de la République en 1848, mais la Constitution l’empêche de se représenter => coup d’État en 1852 => devient Napoléon III
  • « Complot de la Reine blanche » = vers 1852, pour rétablir la démocratie
  • Sous Napoléon III :
  • Napoléon III vote une loi de sûreté générale : condamnation à mort sans jugement
  • Anarchisme : Joseph Prudhon publie « Qu’est-ce que la propriété ? » => « gouvernement sans maître ni souverain »
  • Café Terminus = à la gare Saint-Lazare !
  • Contre les anarchistes, lois « scélérates », ancêtres de l’association de malfaiteurs (décembre 1893) : prohibe la provocation indirecte et l’apologie des crimes et délits ; permet aux autorités judiciaires de condamner toute personne ayant participé, même de très loin, à un quelconque attentat
  • 1894 : Caeserio poignarde Sadi Carnot
  • Narodnaïa Volia, organisation terroriste russe, tente d’utiliser un avion bourré d’explosifs afin de le faire exploser sur le palais impérial
  • Groupes nihilistes : idéologie ; considèrent que l’individu prime sur tout ; n’admettent aucune contrainte sur lui ; refusent tout tabou et tout absolu religieux, métaphysique, … ; sorte de terrorisme individuel
  • La Main Noire (révolutionnaires nationalistes serbes) => assassinent l’archiduc d’Autriche et sa femme, le 28 juin 1914, à Sarajevo
  • Paris, 1911 : Bande à Bonnot ; forcent Clémenceau à créer les Brigades du Tigre

Terrorisme et Etat (4)

  • Terrorisme d’État, par lui : par réaction ou par anticipation
  • Désescalade : élimination de l’un des deux adversaires ou exaspération générale du public
  • A été dénoncé en premier par l’URSS, en désaccord avec la stratégie de répression des mouvements insurrectionnels en Amérique du Sud dans les années 70
  • Opération Condor : sous l’égide des USA => objectif, assassiner militants d’extrême gauche et opérations de guérillas
  • Paraguay, en 2006, a été accusée de « terrorisme d’État » : une première !
  • Rainbow Warrior, 1985
  • Décolonisation après seconde guerre => résistance structurelle des Etats impériaux à voir disparaître leurs colonies. Cas en Algérie avec Front de Libération Nationale Algérien)

SEMAINE 5 : Guérillas

Guérillas dégénérées et terrorisme mafieux

  • FARC : Force Armée Révolutionnaire de Colombie. Créée contre les violences de 1946 à 1960. Mouvement paysan et communiste se lance dans des actions de guérilla
  • Idéologie. « Manuel de guérilla urbaine » publié en 1969
  • 1987 : développe activités criminelles
  • 1991 : rompent totalement avec le Parti communiste de Colombie
  • Entre 1995 et 1998 : ils obtiennent un territoire (zone démilitarisée)
  • 2008 : Raùl Reyes, principal porte-parole des FARC, est tué en Équateur. Par ailleurs, Velez, fondateur, est mort naturellement => affaiblissement
  • Enlèvement d’Ingrid Bettencourt
  • Mafia choisit le terrorisme : la « Pieuvre » veut arrêter sa tentative judiciaire en assassinant les juges Falcone et Borsellino => révolte parmi la population. Également attaques de musées, édifices de cultes, …

L’émergence d’Al-Qaïda

  • S’appelle en réalité « Front international islamique de lutte contre les Juifs et les Croisés »
  • Al-Qaïda : nom donné par les Occidentaux par facilité ; ne se baptisent pas ainsi eux-mêmes ; signifie « règle, fondement, instruction »
  • Nébuleuse de groupes visant à rétablir le Khalifat
  • Ben Laden, non pas le chef, mais porte-parole
  • 1989 : Ben Laden, issu d’une riche famille saoudienne (perdra sa nationalité ensuite), succède à Azzam. Trouve refuse en Afghanistan auprès des Talibans
  • 1993 : cause déjà un attentat dans les sous-sol du WTC avec une voiture piégée

L’après-11 septembre

  • On parle d’ « hyper-terrorisme »
  • Madrid (2004), Londres (2005), Bombay (2006 dans des trains et 2008 dans des hôtels)
  • Trahison du Pakistan envers l’Occident, car on découvre qu’il soutient l’Afghanistan et Ben Laden

Du terrorisme importé au terrorisme enraciné

  • Importés = formé à l’étranger, dont on pouvait suivre les déplacements
  • De proximité = auteurs d’attentat nés sur le territoire
  • Profil : jeunes homme de la classe moyenne, éduqués, semi-intégrés, intéressés depuis 1979 par la résistance de l’Iran face à l’Amérique

Le loup solitaire

  • Sert d’explication à l’échec des forces de sécurité et de renseignements
  • Terme apparaît dans les années 90 aux USA sous la plume de Tom Metzger fondateur de la résistance Aryenne Blanche, ex-Ku Klux Klan
  • « Lone wolf attacks » contre le système
  • Deux véritables loups solitaires ces dernières décennies : Theodore Kaczynski (Una Bomber) et Anders Breivik
  • Camp d’entraînement : lieu d’instrumentalisation
  • Frères Tsarnaïev : opérateurs improprement rangés dans la catégorie des loups solitaires
  • Lumpen prolétariat (écrit Marx) : frange incapable de savoir qu’elle est exploitée par quelque opérateur
  • Lumpen terroristes : incapables de savoir ce qu’ils font / impulsifs sur le moment

La guérilla

  • Dépasse la simple revendication à l’autonomie et à l’indépendance. Ca commence par là, puis revendications mal vécues par l’occupant
  • Années 70 et 80 : dynamique révolutionnaire de Ché Guévara, symbole des révolutions marxiste et maoïste => espoir de créer de petits Cuba
  • Sentier Lumineux : au Pérou, dans monde universitaire puis rural ; à la fois marxiste et maoïste
  • Uruguay : Tupamaros, influence castriste ; junte militaire à la tête du pays pendant 12 ans (retour de démocratie en 1985)
  • ETA : naît en 1959 sous et contre Franco. Dès 1966, assassinats d’intellectuels, élus, journalistes, etc. d’origine basque
  • Parti des travailleurs kurdes (PKK) : défend minorité kurde, très disparate. Prône un Etat kurde indépendant de la Turquie, de l’Irak et de la Syrie. Soutenue par la Syrie, créé des bases au Liban, etc.
  • Front de Libération Nationale Corse (FLNC) : 22 attentats simultanés en Corse en 1976 ; 45 bombes simultanées en 1980. Dissolution en 1983

SEMAINE 6 : Cyberterrorismes

Cybercrime

  • Cyber = art de piloter, de gouverner des systèmes complexes
  • Cyber espace : fait partie de notre quotidien
  • Escroquerie sur internet : utilisation de l’informatique pour des crimes traditionnels avec la participation inconsciente de la victime, comme dans l’arnaque dite de la « veuve nigériane »
  • Fishing : usurper l’identité d’un opérateur officiel (banque, EDF, État, …) qui demande nos coordonnées bancaires, que ce soit pour un crédit ou un débit
  • Aussi escroquerie du président = coup de téléphone, où le faux patron demande un transfert d’argent

Snowden et après

  • Ancien consultant à la CIA. Viré pour avoir voulu s’accaparer des fichiers
    • => recruté par la NSA (National Security Agency), agence chargée de l’écoute et de l’interception de l’ensemble des télécommunications
  • Echelon : années 1985-1990, premier réseau mondial d’interception des télécommunications ; mis en place par USA et alliés pour lutter contre Moscou et pour espionner l’UE, notamment section aviation (Airbus est d’ailleurs la première victime)
  • Découverte de son existence a fait peu de vagues !
  • A l’inverse, les révélations de la NSA ont fait scandale : surveillance généralisée justifiée par lutte contre terrorisme, mais système particulièrement intrusif
  • Outils pour siphonner réseaux sociaux et mails (surtout Gmail, avec pour prétexte de juger le niveau d’orthographe des étudiants!)

Le cœur caché du réseau

  • Serveurs racines : aiguillonne les demandes de requête. Il en existe 13 dans le monde, dont 10 aux USA ! Le reste chez des alliés (Suède, Angleterre)

Dark web / Deep web

  • Représenterait 80% de l’internet : inaccessible au grand public (car protégé, clandestin, illégal, …)
  • TOR : réseau permettant l’anonymat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *