Informer et communiquer sur les réseaux sociaux, Rue89

SEMAINE 1

Une évolution rapide et récente

  • John Barns : dans les années 50, premier à parler de « réseau » : amis, amis d’amis, …

  • Stanley Milgram : « Six degrés de séparation » = idée que toute personne sur le globe peut être reliée à n’importe quelle autre

  • 1997 : « Sixdegrees », premier réseau social avec profil, contacts, …). Précurseur !

  • Années 90 : Classmates.com aux USA = réseau d’anciens élèves. Puis en France : Trombi ou Copainsdavant

  • Friendster : trois millions d’utilisateurs en trois mois, puis 15 millions avant d’être ringardisé par Facebook. Lequel, créé en 2003, se limite à l’université d’Harvard

  • LinkedIn : 2003, pour professionnels

  • Twitter : 2006. Fondateurs regrettent initialement que les SMS soient payants. Utilisateurs répondent à la question « Que faites-vous ? » Première forte utilisation en 2007 lors de l’incendie de San Diego

  • « Si vous ne payez pas, c’est que vous êtes les produits » : logique de Mark Zuckerberg

Cinq grands réseaux sociaux qui écrasent les autres

  • Facebook a lancé l’appli Paper, seulement USA = se veut journal personnalisé ; collabore avec médias

  • Google + : 2011. 2e réseau sociaux au monde

    • Webinaire : conférence en ligne (Hangout)

  • Twitter : 241 millions d’utilisateurs, mais seulement 45 millions se connectent chaque jour. Seuls 8 % des comptes ont twitté plus de 50 fois…

Comment les communiquants se servent des réseaux sociaux

  • Paris j’écoute : page Facebook et Twitter où les utilisateurs peuvent interpeller la municipalité : signaler anomalie, se renseigner, …

    • Fort succès de la page participative « Où boire un café à 1 euro ? »

  • Agrégateur : logiciel qui permet de rassembler plusieurs flux sous même interface

  • Beacon : fonctionnalité intégrée au système pub FB en novembre 2007 ; abandonnée en 2009 sous la pression, car FB récupérait les données de connexion

  • Personnal branding : gestion de l’identité d’un particulier avec mêmes méthodes que pour marque ou entreprise. Travail de l’image

  • IamA : sur Reddit.com, une personnalité vient se présenter en direct. Sorte de tchat biolographique

SEMAINE 2

Qui suivre et comment s’organiser ?

  • Twitter : 500 abonnements est une bon e moyenne

  • Facebook : 5 000 amis max ; 200 amis en moyenne. A répartir dans listes : amis proches, professionnels, …

  • Evernote : sorte de post-il virtuel

  • Pocket : classer liens par tags puis les stocker sur une page

  • Delicious : le plus ancien marque page social

  • Serendipité : découverte inattendue. On trouve ce qu’on ne cherche pas

SEMAINE 3

Le boom de la recommandation

  • SMO : Social Media Optimization

  • SEO : Search Engine Organization

Pourquoi et comment créer une page professionnelle ?

  • Trois types de profils sur Facebook :

    • personnel : 5000 amis max

    • page : proposée si profil atteint 5000 amis

    • groupe : ouvert, fermé ou secret

  • Dès 100 likes : impossible de changer son nom de page

  • Faux-like : achetés surtout dans pays en développement, mais personnes non réelles. Ne pas espérer d’interaction

  • 89 % de la communauté reste passive

  • 10 % like ou commente occasionnellement

  • 1 % d’actifs réels

La pêche aux lecteurs

  • Edgerank : appli qui se cache derrière le fil actu de Facebook. Trois paramètres :

    • score affinité qu’on a avec la page (selon nombre de partages, de vues, de likes, de commentaires)

    • si image, vidéo… : le contenu remonte mieux

    • temps entre publication et visibilité

Mettre en place sa stratégie de marque online : définitions et enjeux pour les entreprises

  • e-reputation : ce qu’on pense / voit de nous sur le web

  • Campagne Evian 2008 : joue sur l’émotionnel => pub bébé, jeunesse

Les outils de mesure

  • KPI : Indicateurs Clés de Performance

  • Google Analytics : surveille trafic en fonction des différentes sources

  • Mytoptweet : service pour connaître nos tweets les plus diffusés

  • Peekanalytic : payant ; connaître stats de nos actions, marketing sur Twitter

  • Xiti : concurrent de Google Analytics

SEMAINE 4

Que fait le community manager ou social media editor ?

  • Choisit lui-même parmi tout ce qui est publié, surtout sur Facebook ; moins le cas sur Twitter où il n’y a pas de quota de publication recommandé

  • 7500 interpellations par jour sur la page FB du Monde

  • Chasse aux commentaires qui posent problème, avec ou justification pour éviter que l’on crie à la censure

Le crowdsourcing

  • Littéralement : faire de la foule une source, donc trouver infos auprès des internautes = « intelligence collective »

  • Fact Cheking : vérification des faits. Pour éviter les fakes, dont par exemple une vidéo de tremblement de terre à Haïti en réalité filmé un an plus tôt. Idem : photo du raid contre Ben Laden = photomontage

  • Vérifier photos sur le net via métadonnées : date et heure, sur smartphone ou appareil… Si smartphone, on peut compter sur les données GPS !

Les outils du community manager

  • Feedly : faire de la veille avancée. Rechercher flux, par exemple en réunissant tous les grands médias sur une même page. Les enregistrer puis les partager.

  • Buffer : planifier ses publications et les multiposter. « Tampon » qui relie tous les réseaux sociaux.

  • Robot IFTTT : automatiser. If this = si je te donne ce message ; then that = je te donne telle instruction. Par exemple, à chaque fois que je publie une vidéo Youtube dans favoris, cette action est automatiquement transformée en note sur mon blog

Les réseaux sociaux s’intègrent à l’audiovisuel

Le mobile change la donne

  • CMS : Content Management System. Gestion du contenu ; interface permettant à l’admin d’un site de publier et gérer les articles…

  • Pass Pack : service pour stocker et gérer tous ses identifiants et mots de passe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *