Modèle de formation de crise de santé mentale du Vermont pour les petites

CHICAGO – Étant donné que les policiers répondent à un nombre croissant d'appels liés à la santé mentale, l'éducation et la collaboration sont des facteurs clés pour prévenir ou atténuer les tragédies.

Lors de la 126ème conférence de l’Association internationale des chefs de police, un panel a partagé le succès rencontré par le Programme équipe deux.

Participants

Le panel Team Two parle des succès du programme lors d'une session à la 126ème Conférence de l'Association internationale des chefs de police. (Photo / PoliceOne)

Le panel Team Two parle des succès du programme lors d'une session à la 126ème Conférence de l'Association internationale des chefs de police. (Photo / PoliceOne)

  • Kristin Chandler, équipe deux du Vermont
  • Tony Facos, service de police de Montpellier
  • Mary Moulton, comté de Washington, santé mentale

Résumé rapide

Plus que jamais, les flics ont besoin de formation pour pouvoir répondre efficacement aux appels en matière de santé mentale. Cependant, tous les départements de police n'ont pas le temps ni les ressources nécessaires pour engager leurs LEO dans une formation de 40 heures en intervention de crise (CIT), en particulier des agences de petite taille et rurales. Dans le Vermont, les responsables ont trouvé une solution dans le programme Team Two: une session de formation gratuite d'une journée à l'échelle de l'État associant les premiers intervenants à des professionnels de la santé mentale.

3 clés à emporter

1. Il est essentiel d’établir des relations avant une crise.

L’impulsion pour la création de l’équipe deux a été Tempête tropicale Irene en 2011. La catastrophe a eu un impact majeur sur les établissements psychiatriques, avec fermetures et l'État s'efforçant de constituer des équipes de crise pour faire face aux incidents liés à la santé mentale. De nombreuses petites villes où les services de police manquaient de formation en CIT ont été touchées.

À travers cette expérience, l'État a identifié les domaines dans lesquels les forces de l'ordre et les cliniciens en santé mentale devaient apprendre les uns des autres. Le panel a exhorté le public à ne pas attendre une crise comme celle d'Irene pour développer des relations avec des partenaires locaux en santé mentale. Assurez-vous que ces relations sont solides afin que votre agence soit prête le moment venu.

2. L’entraînement de l’équipe 2 est souvent un programme de 8 heures.

La formation, qui a lieu six à huit fois par an dans cinq régions de l'État, réunit les premiers intervenants, les répartiteurs et les cliniciens en santé mentale. Le programme de formation comprend:

  • Mises à jour juridiques (processus d'engagement involontaire, mandats en matière de santé mentale, interdiction d'utiliser une arme à feu)
  • Scénarios basés sur des cas réels (problèmes des anciens combattants, appelants chroniques, troubles du développement, personnes âgées, autisme, évacuations). Il s’agit d’une séance en petit groupe animée par des formateurs / pairs.
  • Discussion en grand groupe (couvrant la sécurité, les aspects juridiques et cliniques du scénario)
  • Examen des ressources régionales pour la réponse en santé mentale
  • Présentation à un panel (une personne ayant une expérience vécue qui a peut-être eu recours à la police dans le passé, qui se trouvait dans un établissement de santé mentale, est un membre de la famille d'une personne atteinte de maladie mentale). Les premiers intervenants lors de la formation reconnaissent souvent cette personne, ce qui peut être très bénéfique: lorsque les premiers intervenants voient une personne avec laquelle ils ont déjà discuté au cours d'une crise de santé mentale, ils sont maintenant d'accord et parlent à la foule, cela leur donne l'espoir que les aller mieux. Cela aide également à humaniser les personnes atteintes de maladie mentale.
  • Vidéo du spectre de l'autisme
  • Répondant au sondage (commentaires sur la formation, les résultats et ce que les stagiaires aimeraient voir lors des prochaines sessions)
  • Q & A ouvert

3. Il s’agit d’apprentissage mutuel.

La deuxième équipe est axée sur l'apprentissage mutuel entre les premiers intervenants et les professionnels de la santé mentale. Les premiers intervenants doivent savoir comment évaluer ce qu’ils voient lorsqu’ils téléphonent en santé mentale, quelles ressources sont disponibles dans leur région et quelles options juridiques les cliniciens en situation de crise en santé mentale peuvent offrir pour remédier à la situation (par exemple, vous tenez cette personne? ”). De l’autre côté, les cliniciens doivent savoir quelles tactiques et quels outils disposent les premiers intervenants pour gérer les appels en matière de santé mentale, et ce qu’ils peuvent et ne peuvent pas faire légalement ou conformément à la politique. Rassembler les deux côtés donne à chacun une meilleure compréhension de la manière de traiter le plus efficacement possible une personne en crise de santé mentale.

Autres observations

  • Outre les premiers intervenants, les répartiteurs et les cliniciens en santé mentale, la formation invite également d'autres parties prenantes (par exemple, les procureurs, les travailleurs sociaux scolaires, les équipes de crise d'anciens combattants).
  • Ce programme n’est pas coûteux: il coûte 100 000 dollars par an pour l’ensemble de l’État.
  • Il est important de faire passer le mot. La deuxième équipe le fait en mettant un Bulletin «Bonne nouvelle» partager leurs succès. Cela s'est traduit par une bonne presse et une attention accrue portée au programme de formation. Ils aussi donner un prix annuel reconnaître le travail exceptionnel.

Pour en savoir plus sur la deuxième équipe, visitez leur site web.

Apprendre encore plus

Cadre pour les forces de l'ordre face aux personnes ayant des problèmes de santé mentale

Comment un organisme décriminalise la maladie mentale, économise de l'argent et améliore des vies

IACP Quick Take: l'approche de l'Oregon pour lutter contre la santé mentale et les interventions en cas de crise

Comment construire un modèle de réponse communautaire en santé mentale LE