7 conseils pour réduire la peur de l'échec

Quelle est la peur de l'échec?

Il est normal que vous ressentiez une sensation d’angoisse ou que vous ayez des papillons dans le ventre lorsque vous essayez quelque chose de nouveau. Mais pour certaines personnes, la peur de l'échec les empêche de prendre des risques, d'essayer de nouvelles choses et d'atteindre leurs objectifs.

Lorsque l’échec est douloureux et permanent, nous ferons tout pour l’éviter. Nous tergiversons et faisons preuve de prudence – en évitant tout ce pour quoi nous ne serions peut-être pas bons. Nous hésitons à prendre des décisions car nous risquons de prendre les mauvaises décisions. Ou nous abandonnons trop vite parce que nous n’avons pas immédiatement du succès.

Lorsque nous laissons nos peurs nous contrôler, nous nous retrouvons coincés; nous ne pouvons pas aller de l'avant, apprendre et progresser.

Qu'est-ce qui cause la peur de l'échec?

Vous pouvez craindre l'échec pour l'une ou l'autre des raisons suivantes:

  1. Vous avez été critiqué ou puni pour avoir commis des erreurs.
  2. Vous basez votre estime de soi sur vos réalisations ou votre performance.
  3. Vous vous sentez inférieur.
  4. Vous doutez de vos capacités et n'êtes pas sûr de pouvoir réussir.
  5. Vous êtes sensible aux critiques et facilement embarrassé.
  6. Vous vous attendez la perfection.
  7. Tu as penser tout ou rien et une définition rigide du succès et de l'échec.

En général, la peur de l'échec provient de la façon dont nous envisageons l'échec. Lorsque nous considérons l’échec comme une expérience normale et utile, nous n’avons aucune raison de le craindre. D'autre part, lorsque nous considérons l'échec comme catastrophique, honteux ou comme la preuve de nos insuffisances, nous voulons naturellement l'éviter. Ainsi, pour surmonter la peur de l'échec, nous devons adopter une vision plus utile et plus saine de l'échec.

Comment surmonter la peur de l'échec

Essayez d’utiliser certaines de ces idées pour modifier vos convictions quant à l’échec.

  1. Ne personnalisez pas l’échec. Il est essentiel de différencier «je suis un échec» de «je n'ai pas réussi à atteindre mon objectif». Tout le monde fait des erreurs et a des échecs. Cela ne signifie pas que nous sommes des échecs en tant qu'êtres humains. Plutôt l'inverse; l'échec fait partie de ce qui nous rend humain. Nous avons une capacité incroyable d'apprendre de nos erreurs.
  2. L'échec est normal. L’échec n’est pas la preuve que vous êtes inadéquat ou déficient. Tout le monde échoue. Le seul moyen d’éviter véritablement l’échec est de ne pas essayer, de jouer prudemment et de ne pas croire que vous savez que vous êtes doué. Il est utile de penser que l’échec fait partie intégrante du processus, de l’expérience humaine, et qu’il ne faut pas avoir honte ou essayer d’éviter.
  3. Recherchez les avantages de l'échec. Par exemple, il y a presque toujours quelque chose à apprendre de l'échec. Réfléchissez aux autres avantages que vous pouvez retirer d’une erreur, d’un échec ou de performances médiocres. Il est souvent difficile de voir immédiatement le potentiel positif, mais laissez-lui le temps et revisitez l'expérience pour voir si vous pourrez plus tard trouver de bons résultats parmi les déceptions.
  4. Éliminer la pensée tout ou rien. Il n’est pas utile d’étiqueter tout comme un succès ou un échec quand il ya beaucoup entre les deux. Au lieu de cela, demandez-vous si appeler quelque chose un recul, une erreur ou un succès partiel serait plus précis. Cela nous aide à remarquer ce que nous faisons bien et à voir nos progrès plutôt que de nous concentrer sur les aspects négatifs.
  5. Faites des pas de bébé. Nous ne voulons pas laisser la peur nous contrôler, mais nous ne voulons pas non plus pousser trop fort, trop vite. Cela peut se retourner et endommager votre confiance en soi. Par exemple, si vous avez peur de parler en public, n’essayez pas de le surmonter en commençant par la chose la plus effrayante (donner un discours à un auditorium complet). Commencez par quelque chose de plus gérable, comme poser une question lors d'une petite réunion.
  6. Viser le progrès, pas la perfection. Je trouve motivant de se rappeler que même lorsque vous n'êtes pas parfait, vous progressez vers vos objectifs. Si je me fixe comme objectif d'écrire dans mon journal six jours par semaine mais en réalité quatre fois par jour, je peux choisir de considérer cela comme un échec. Ou je peux choisir de voir cela comme un progrès parce que c’est plus un journal que je faisais le mois dernier.
  7. Ne vous attardez pas sur le résultat. Lorsque nous définissons le succès ou l’échec, nous nous basons généralement sur le résultat final, que nous atteignions notre objectif ou que nous répondions pleinement à une attente. Mais au lieu de vous concentrer uniquement sur le résultat, notez les avantages du processus. Peut-être vous êtes-vous amusé, avez-vous rencontré un nouvel ami ou un nouveau contact commercial, appris quelque chose de nouveau ou persévéré face à un obstacle. Souvent, nous gagnons beaucoup dans le processus, même si le résultat n’était pas ce que nous espérions.

Maintenant c'est ton tour. Comment allez-vous commencer à changer vos idées sur l'échec? Quelles petites étapes ferez-vous pour défier vos peurs? Et comment pouvez-vous être plus gentil avec vous-même quand vous échouez?

Le perfectionnisme vous retient-il? Répondez au quiz gratuit de perfectionnisme!

© 2019 Sharon Martin, LCSW. Tous les droits sont réservés.
Photo gracieuseté de freedigitalphoto.net.




Sharon Martin, LCSW

Sharon Martin est une psychothérapeute agréée et une experte en codépendance qui exerce à San José, en Californie.

Elle est l'auteur de Cahier de travail sur le perfectionnisme de la BCT: compétences fondées sur des preuves pour vous aider à abandonner votre autocritique, à bâtir votre estime de soi et à trouver un équilibre et plusieurs livres électroniques, y compris Naviguer dans le labyrinthe de codépendances.

Pour en savoir plus, visitez Sharon's site Internet. Et s'il vous plaît inscrivez-vous pour un accès gratuit à sa bibliothèque de ressources ICI (feuilles de travail, astuces, méditations et ressources pour la guérison de la codépendance, du perfectionnisme, de l’anxiété et plus encore).

Référence APA

Martin, S. (2019). 7 conseils pour réduire la peur de l'échec. Psych Center.
Consulté le 1er novembre 2019 à l'adresse https://blogs.psychcentral.com/imperfect/2019/11/7-tips-to-reduce-fear-of-failure/.