Victoria va introduire une nouvelle taxe sur les services de santé mentale

Mis à jour

28 novembre 2019 12:17:48

Victoria introduira une taxe spéciale destinée à financer les services de santé mentale et à réparer le système "défaillant" de l'État, à la suite du rapport provisoire d'une commission royale.

Points clés:

  • Le Premier ministre Daniel Andrews a déclaré que le gouvernement adopterait toutes les recommandations du rapport.
  • La commission a appelé à la création de nouveaux services et centres ainsi qu’à un bureau chargé de superviser les réformes majeures.
  • L’une des recommandations était «un prélèvement ou une taxe» pour fournir un financement opérationnel aux services futurs.

Dans le rapport déposé devant le Parlement, la commission royale d'enquête sur la santé mentale de Victoria a déclaré que, même si ses travaux étaient à mi-parcours, certaines questions nécessitaient une "action immédiate".

La présidente de la commission, Penny Armytage, a déclaré qu'il était clair que le système "échouait" et que tous les éléments de preuve entendus par la commission avaient confirmé ce fait.

"Tout ce que nous avons entendu a confirmé que la mauvaise santé mentale est une crise de la santé urgente et largement ignorée à Victoria", a-t-elle déclaré.

Si vous ou quelqu'un que vous connaissez avez besoin d'aide:

Elle a déclaré que le rapport intérimaire n'était pas un "projet" du rapport final de la commission, mais avait été produit dans le but d'attirer l'attention sur des questions nécessitant une attention urgente.

Le rapport a exhorté le gouvernement victorien à introduire "un prélèvement ou une taxe".

Le Premier ministre Daniel Andrews a déclaré au Parlement que le rapport était "déchirant" et que son gouvernement mettrait en œuvre toutes les recommandations du rapport, y compris la redevance.

Les recommandations comprenaient également:

  • 170 lits supplémentaires en santé mentale pour les jeunes et les adultes afin de répondre à la demande
  • La mise en place d'un centre de santé mentale d'excellence
  • L'établissement d'un centre axé sur le traitement culturellement approprié pour les Autochtones de Victoria, afin de collaborer étroitement avec des organisations sous contrôle communautaire
  • L'expansion des soins de suivi pour les personnes qui ont tenté de se suicider et un programme de proximité pour les enfants et les jeunes qui s'automutilent ou risquent de se suicider
  • Un service de santé mentale en résidence conçu et fourni par des personnes ayant une expérience vécue
  • Des postes plus importants de professionnels des soins infirmiers et paramédicaux dans les domaines où les besoins sont criants
  • Bourses d'études en santé mentale pour les infirmières et stages de psychiatrie obligatoires pour tous les médecins-conseils débutants d'ici 2023
  • Un "Bureau de mise en oeuvre en santé mentale", financé pour deux ans pour apporter les changements nécessaires au système

Mme Armytage a déclaré qu'il existait un "sous-financement chronique depuis des décennies" en santé mentale, en partie à cause de la stigmatisation et de la discrimination qui empêchaient les gens de parler de leurs expériences.

"Cela nous a conduit, en tant que société, à ne pas exiger le niveau d'investissement requis", a-t-elle déclaré.

"Nous pensons qu'il est temps que nous nous attaquions à un problème chronique dans lequel les gens souffrent en silence depuis trop longtemps."

Des milliers de soumissions devant la commission

La Commission a recueilli plus de 10 000 soumissions et entendu les témoignages publics de 96 témoins qui ont raconté leur histoire personnelle et douloureuse de lutte contre la maladie mentale.

Contrairement à d'autres commissions royales, celle-ci n'a pas enquêté sur les cas de traitement individuels des Victoriens ni fait de constatations sur la conduite de fournisseurs de services spécifiques.

Au lieu de cela, l'accent a été mis sur "ce à quoi les services de santé mentale pourraient ressembler à l'avenir".

Les questions soulevées lors des audiences comprenaient le manque de services publics dans la région de Victoria, le manque de services adaptés à la culture pour les Victoriens autochtones et le fait que les policiers répondent à un appel de santé mentale toutes les 12 minutes.

La commission devrait remettre son rapport final en octobre 2020.

Les sujets:

santé mentale,

santé,

maladies et troubles,

anxiété,

dépression,

psychose,

psychiatrie,

états et territoires,

Gouvernement et politique,

commissions royales,

Melbourne-3000,

vente-3850,

wodonga-3690,

ballarat-3350,

bendigo-3550,

shepparton-3630,

warrnambool-3280,

horsham-3400,

mildura-3500

D'abord posté

28 novembre 2019 11:15:13