La commissaire à la lutte contre la discrimination met en garde contre les dangers imminents

Publié

28 novembre 2019 07:45:57

Les enfants atteints de maladie mentale, les prisonniers et les gardiens de prison sont obligés de se mêler à l'établissement de santé mentale sécurisé de l'Hôpital Royal Darwin, ce qui appelle à une action urgente avant que "quelqu'un ne soit blessé".

Points clés:

  • La commissaire à la lutte contre la discrimination, Sally Sievers, a déclaré que l'unité Joan Ridley n'avait jamais été "adaptée à ses objectifs"
  • Mme Sievers a déclaré qu'elle soulevait des préoccupations concernant l'installation avec NT Health depuis 2016.
  • NT Health dit que l'unité "fait partie d'un système beaucoup plus vaste que NT Health s'efforce de renforcer sans cesse"

La commissaire à la lutte contre la discrimination, Sally Sievers, a déclaré que la question des patients mélangés dans l'unité Joan Ridley, conçue pour les personnes souffrant de problèmes psychiatriques aigus, était un problème de longue date.

Mme Sievers a toutefois déclaré qu'au cours de la dernière année, le nombre de prisonniers incarcérés dans la cellule de sécurité avait apparemment augmenté, suscitant de nouvelles préoccupations en matière de sécurité.

"De mon point de vue, il ne fait aucun doute que les prisonniers ont absolument droit à des soins de santé mentale, mais quand ils arrivent, ils viennent également avec deux gardiens de prison", a-t-elle déclaré.

"Vous obtenez un très petit espace avec un mélange très diversifié de personnes."

Mme Sievers appelle le gouvernement du NT à prendre des mesures urgentes afin que prisonniers, gardes, hommes, femmes et enfants ne soient plus obligés de partager le même espace.

"Quelque chose va arriver à quelqu'un dans ce quartier – quelqu'un va être blessé", a-t-elle déclaré.

"C'est la priorité numéro un en santé mentale."

Pas «adapté à l'usage»

Mme Sievers a déclaré que l'unité Joan Ridley n'avait jamais été "adaptée à ses objectifs" et que sa conception ne convenait pas à la diversité des personnes hébergées sur place.

La commissaire à la lutte contre la discrimination a déclaré qu'elle soulevait des préoccupations concernant l'installation auprès de NT Health depuis 2016, avec très peu de changement.

Elle a exposé ses préoccupations dans le rapport annuel 2018-19 du Programme des visiteurs dans la communauté, déposé au Parlement des TN-O. Cette semaine.

"Le temps dont on dispose pour discuter et se débattre entre les options est révolu – il faut que l'unité actuelle change", a déclaré Mme Sievers.

La solution à long terme est une nouvelle unité, a-t-elle dit, et a exhorté le gouvernement du NT à augmenter ses dépenses en santé mentale pour aider à prendre en charge des populations territoriales vulnérables.

"Dans toute l'Australie, il n'y a pas assez d'argent investi dans la santé mentale", a-t-elle déclaré.

"Il est inquiétant de constater que le financement des services publics de santé mentale dans le Territoire du Nord est l'un des plus faibles en Australie par habitant."

Le Dr Rob Parker, président de l'Australian Medical Association NT, s'est également inquiété de l'installation et a fait écho à des appels en faveur d'un financement accru en santé mentale.

"Ce n'est tout simplement plus adapté aux besoins, il doit être remplacé", a-t-il déclaré.

"Et il n'y a pas assez d'argent en santé mentale."

Un «besoin soutenu de lits pour patients hospitalisés en santé mentale»

Dans une déclaration, une porte-parole a déclaré que NT Health accueillait avec satisfaction le rapport annuel du NT Community Visitor Program.

"Le ministère de la Santé reconnaît la nécessité d'accroître la capacité et d'assurer la séparation des services de manière sûre et durable, et nous continuons de chercher des solutions pour y parvenir", a-t-elle déclaré.

"Le NT a des défis uniques, avec une petite population ayant des besoins en santé mentale relativement élevés."

La porte-parole de l’unité Joan Ridley était «une partie d’un système beaucoup plus vaste» que NT Health s’employait continuellement à renforcer.

Le directeur général de la santé a également proposé de rencontrer Mme Sievers pour discuter de problèmes avec l'unité et donner son avis sur ces travaux.

Les sujets:

santé mentale,

santé,

établissements de santé,

Sciences médicales,

Darwin-0800,

NT,

Australie