Les résultats de la campagne sur la santé mentale avec les joueurs de hockey et les entraîneurs

Face Off pour la santé mentale est un tel succès, il aurait pu être livré par le bleus Kelton Hatcher de Sarnia Sting.

La troisième campagne annuelle de St. Clair Child & Youth Services travaille avec des groupes de hockey du comté de Lambton afin de sensibiliser le public à la santé mentale.

Les entraîneurs et les joueurs découvrent les ressources disponibles. Le personnel de l’équipe apprend aux signes et symptômes à rechercher chez les joueurs qui ont besoin d’aide.

«Les entraîneurs et les organisations ont beaucoup soutenu la campagne», a déclaré Craig McKenzie, directeur des opérations de St. Clair Child & Youth Services.

Son organisation a effectué l'essentiel du travail lors de la campagne inaugurale d'un mois. En novembre dernier, de nombreuses organisations de hockey l'ont fait seules.

«Avec leurs parents, leurs bénévoles et leurs jeunes, ils ont créé leurs propres événements de sensibilisation dans leurs propres arénas et en ont pris possession, ce qui est exactement ce que nous voulons voir», a déclaré McKenzie. «Ils affichent des affiches et créent des campagnes sur les réseaux sociaux.

«C’est génial d’y aller un samedi à East Lambton ou à Mooretown et de voir des enfants, des cinq ans aux 17 ans, tous sur la glace et ils ont tous eu leur des bâtons de ruban adhésif verts et soutenant vraiment la cause. "

Le 17 novembre, les Sting de Sarnia ont organisé un jeu de sensibilisation à la santé mentale. Les légionnaires de Sarnia prévoient faire de même en décembre.

McKenzie loue également le travail accompli par les organisations de hockey mineur.

«Il y a de grands champions répartis dans les associations de hockey du comté de Lambton», a-t-il déclaré.

La campagne a débuté en 2017 après que Alex McFadden, l'entraîneur de Lambton AAA Str., Ait contacté McKenzie pour lui faire part de ses préoccupations.

"Certains de ses joueurs étaient aux prises avec des problèmes de santé mentale assez graves, alors il voulait juste des ressources… savoir comment les soutenir de manière responsable et les amener aux ressources dont ils avaient besoin", a déclaré McKenzie.

Après leur conversation, McKenzie a contacté d'autres groupes de hockey pour évaluer leur intérêt.

«J'ai été submergé par la réponse», a-t-il déclaré. «Une heure ou deux après la diffusion du courrier électronique, toutes les associations du comté de Lambton avaient répondu qu'elles étaient très intéressées par une réunion et que nous avions ensuite Face Off for Mental Health.

«Chaque centime que nous récoltons retourne au hockey. Ce n’est pas comme si elle se retrouvait dans les coffres du St. Clair Child & Youth Services. On retourne vraiment au hockey mineur dans le comté de Lambton, ce qui est vraiment génial. »

L'argent est dépensé dans l'éducation des entraîneurs. Cela sert également aux cadeaux des joueurs. La première année, ils ont reçu des rondelles portant le logo de la campagne et le numéro de téléphone de Jeunesse, J'écoute. Cette année, ils reçoivent des sacs à main.

«C’est une façon pour eux de mettre le logo de Face Off for Mental Health et de garder à l’esprit que les patinoires sont un lieu de discussion sécurisé», a déclaré McKenzie.

Jusqu'à présent, les dons proviennent d'individus et d'associations de hockey. Les entreprises sponsors seraient d'une grande aide, a déclaré McKenzie.

D'autres associations situées à l'extérieur du comté de Lambton ont demandé si elles souhaitaient organiser leurs propres campagnes, bien que McKenzie n'en soit pas conscient.

L'année prochaine, il souhaite que Face Off for Mental Health organise un séminaire d'entraîneur d'une nuit offrant des leçons plus approfondies que celles actuellement enseignées.

«Plonger un peu plus profondément dans la détection des signes et symptômes des enfants lorsqu'ils ont du mal, et… comment y répondre, ainsi qu'une compréhension complète des ressources disponibles dans la communauté», a-t-il déclaré.