Les changements de Medicaid ont frappé les services de santé mentale dans l'État; Paiement

Citant une réduction du remboursement du programme d'État Medicaid, deux autres prestataires de services aux malades mentaux de l'Arkansas ont fermé ou annoncé leur intention de le faire.

Points of Light, un centre de vie assistée de 44 lits à West Memphis, a fermé ses portes le 22 novembre, a déclaré la porte-parole du département des services humains de l'Arkansas, Marci Manley.

Perspectives Behavioral Health Management, une entreprise de Fort Smith qui avait fourni des conseils et d'autres services à environ 2 500 patients, fermera ses portes vendredi, a déclaré Linda Short, l'un des propriétaires de l'entreprise.

La fermeture est due aux "coupes massives du DHS et à d'autres coupes à venir", a-t-elle déclaré.

"Nous ne pouvons tout simplement pas y arriver", a-t-elle déclaré.

Dans une lettre du 7 novembre au département des services humains, Rick Draper, propriétaire de Points of Light, a décrit avoir attendu jusqu'à huit semaines pour qu'un entrepreneur d'État procède à une évaluation des besoins de soins des nouveaux résidents.

En 2018, le programme d'État Medicaid a commencé à exiger des bénéficiaires de telles évaluations avant de rembourser des installations telles que Points of Light pour leur assistance dans des tâches telles que l'habillage et le bain.

Draper, qui a refusé de commenter Arkansas Democrat-Gazette, figure dans les dossiers fédéraux en tant que directeur général de Life Strategies of Arkansas, qui avait fourni des services de santé mentale aux résidents de Points of Light.

Les fermetures surviennent au milieu d'un bouleversement dans le paysage de la santé mentale de l'État après une refonte de la façon dont le programme d'État Medicaid paie les services de santé mentale.

Le centre de santé mentale communautaire de Little Rock, qui fonctionnait depuis plus de 50 ans et comptait environ 2 500 patients, a fermé ses portes en septembre.

Un mois plus tard, quatre des 12 centres communautaires de santé mentale de l'État ont annoncé leur fusion, affirmant en partie que cela créerait "une organisation financièrement plus solide et de plus en plus durable".

"Les prestataires et les bénéficiaires sont dans les limbes depuis 3 ans", a déclaré Bess Ginty, directeur général de Kids for the Future, une organisation basée à Forrest City au service des enfants ayant une déficience intellectuelle ou une maladie mentale, dans un communiqué.

Son entreprise et Perspectives figurent parmi des dizaines d'entreprises qui avaient été certifiées comme prestataires dans le cadre du programme de services de réadaptation pour les personnes atteintes de maladie mentale, qui a pris fin en juillet 2018.

Le programme de remplacement, connu sous le nom de Outpatient Behavioral Health Services, a réduit les frais payés à ces organisations, les a augmentés pour les conseillers indépendants et a permis à ces conseillers de servir tous les bénéficiaires de Medicaid au lieu de seulement ceux de moins de 21 ans.

À peu près à la même époque, selon les prestataires, le programme d'État Medicaid, qui couvre les personnes à faible revenu, a commencé à refuser de payer la thérapie individuelle ou de groupe pour les bénéficiaires qui bénéficient également de Medicare, le programme fédéral qui offre des prestations de santé aux personnes âgées et handicapées.

Medicare paiera pour la thérapie individuelle ou de groupe, mais uniquement lorsqu'elle est fournie par certains professionnels, notamment des psychologues cliniciens et des assistants sociaux cliniciens agréés.

Le changement "a été un problème pour toutes les agences de santé comportementale de l'État de l'Arkansas", a déclaré Rusti Holwick, directrice générale du Western Arkansas Guidance and Counselling Center de Fort Smith, qui prend en charge une grande partie de la charge de travail de Perspectives.

"Les fournisseurs de Medicare sont en demande, et il est vraiment difficile de couvrir toutes les bases pour les clients qui ont besoin d'un fournisseur de Medicare", a déclaré Holwick.

Bien que l'État ait embauché des sociétés de soins gérés à partir du 1er mars de cette année pour prendre en charge la couverture médicale des bénéficiaires de Medicaid atteints d'une maladie mentale importante, il a exigé que les sociétés continuent de suivre les mêmes règles de paiement pour les bénéficiaires de Medicaid qui sont également sous Medicare.

Dans un e-mail daté du 17 octobre adressé à un responsable du département des services humains, la directrice générale par intérim de Perspectives, Kerri Tucker, a déclaré que son entreprise n'avait qu'un seul travailleur social clinique agréé pour servir les patients vivant dans des établissements de soins résidentiels à Clarksville, Paris, Mulberry, Greenwood et Barling. .

Le travailleur social "a accepté de fournir des services un jour par semaine à la population adulte souffrant de maladies chroniques sur l'un des sites", a déclaré Tucker dans l'e-mail.

"Cela laisse 43 personnes que nous servons qui n'ont pas de fournisseur d'assurance-maladie pour des services de thérapie professionnelle", a écrit Tucker.

Elle a dit que les clients étaient servis "à perte totale" par des conseillers professionnels agréés, qui ne sont pas éligibles au remboursement de Medicare.

"D'un point de vue commercial, c'est pour le moins difficile à dire", a écrit Tucker.

Les conseillers professionnels agréés doivent avoir une maîtrise en counseling et 3 000 heures d'expérience supervisée.

Les travailleurs sociaux cliniques agréés doivent avoir une maîtrise en travail social et au moins 4 000 heures d'expérience supervisée.

Manley a déclaré que les prestataires peuvent facturer aux sociétés de soins gérés des services, tels qu'une hospitalisation partielle et des communautés thérapeutiques, qui ne sont pas couverts par Medicare.

Ces services sont destinés aux patients "ayant des besoins élevés" et incluent des conseils dans le cadre d'un tarif journalier, a-t-elle déclaré.

Draper, le propriétaire des Points of Light, a déclaré dans la lettre du 7 novembre qu'il espérait que l'État augmenterait le taux de remboursement des services fournis par des installations telles que la sienne le 1er janvier, lorsque le salaire minimum de l'État devrait passer de 9,25 $ de l'heure à 10 $ de l'heure.

"Il semble maintenant que si une augmentation de taux arrive, elle ne sera pas mise en œuvre aussi rapidement", a déclaré Draper dans la lettre. "Par conséquent, nous ne voyons plus de voie à suivre."

Manley a déclaré que les responsables de l'Etat "envisageaient de modifier le taux, mais il n'y a pas de date précise pour quand cela se produirait" ni quel serait le nouveau taux.

Elle a dit que la plupart des établissements tels que Points of Light qui acceptent les références des hôpitaux planifient les évaluations avant le congé du patient.

Une section le 12/09/2019

Print Headline: Les changements de Medicaid ont frappé les services de santé mentale de l'État; réductions de paiement citées alors que les fournisseurs ferment