Le risque de paralysie cérébrale chez les enfants FIV a diminué de plus de

Il y a quinze ans, une vaste étude démographique menée au Danemark a révélé un risque considérablement accru de paralysie cérébrale chez les nourrissons nés à la suite d'une procréation assistée.

Bien que le risque absolu soit faible, de telles études à ce moment-ci ont fait de la paralysie cérébrale le plus grand risque d'anomalie congénitale du développement associé à la FIV et une préoccupation dans son profil de sécurité global.

Maintenant, une autre étude de population à grande échelle, utilisant des données de cohortes de naissance au Danemark, en Finlande et en Suède, a révélé que le risque de paralysie cérébrale chez les enfants FIV a diminué de plus de 50% au cours des deux dernières décennies, en grande partie, affirment les chercheurs. , en raison de la réduction du taux de naissances gémellaires en FIV.

Les résultats de l'étude sont présentés aujourd'hui par le Dr Anne Lærke Spangmose de Rigshospitalet, Hôpital universitaire de Copenhague lors de la réunion annuelle en ligne de l'ESHRE.

L'étude comprenait trois cohortes nationales de naissance par FIV, la première née entre 1990 et 2010 au Danemark, la deuxième de 1990 à 2010 en Finlande et la troisième de 1990 à 2014 en Suède, au total 111 844 enfants.

Ces naissances ont ensuite été stratifiées en six groupes: celles nées en 1990-1993, 1994-1998, 1999-2002, 2003-2006, 2007-2010 et 2011-2014. Les dossiers de santé nationaux de ces enfants ont été suivis jusqu'en 2014 pour le Danemark et la Finlande et jusqu'en 2018 pour la Suède, et comparés aux dossiers de près de 5 millions d'enfants conçus naturellement.

Le risque de paralysie cérébrale était toujours évident dans les résultats de l'étude, mais la prévalence globale a diminué de façon constante au cours des six périodes – de 12,5 cas pour 1000 nés vivants en 1990-1993 à 3,4 pour 1000 en 2011-2014 .

En revanche, tout au long de la période d'étude, la prévalence n'a diminué que légèrement chez les enfants conçus naturellement – de 4,3 o 2,1 pour 1000. Cependant, parmi les singletons nés de la FIV, la prévalence de la paralysie cérébrale est passée de 8,5 pour 1000 (1990-1993) à le taux de population de base de 2,8 (2011-2014), mais est resté stable pour les jumeaux FIV à 10,9 pour 1000.

Les résultats, explique le Dr Spangmose, fournissent des preuves solides que la réduction du nombre de jumeaux nés après un traitement de FIV a réduit le risque de paralysie cérébrale dans la population de FIV – en fait à un niveau comparable à ceux naturellement conçus.

Le transfert d'embryons multiples est toujours un soin standard dans de nombreux pays. Nos résultats soulignent que le transfert d'embryon unique et les naissances uniques devraient être encouragés dans le monde entier. "

Dr Anne Lærke Spangmose, Rigshospitalet, Hôpital universitaire de Copenhague

Elle note qu'au cours des deux dernières décennies, le taux de natalité des jumeaux a considérablement diminué après le traitement de FIV, en particulier en Europe et en particulier dans les pays nordiques, où les taux de jumeaux de FIV sont passés de près de 25% dans les années 90 à moins de 5% aujourd'hui, pas très différent du taux de jumeaux de 2% observé dans la population de fond des grossesses conçues naturellement.

Cette réduction du taux d'accouchements multiples en FIV a également entraîné une diminution des taux d'accouchements prématurés (le plus grand risque obstétrique de multiplicité), qui est également connu pour augmenter le risque de paralysie cérébrale.

Ainsi, alors que la cause précise de la paralysie cérébrale est largement inconnue, les naissances prématurées, l'insuffisance pondérale à la naissance et les naissances gémellaires sont connues pour être des facteurs de risque majeurs. La prévalence de la paralysie cérébrale augmente de façon exponentielle avec le nombre de fœtus pendant une grossesse, principalement en raison d'un risque accru de naissance prématurée et de faible poids à la naissance.

De vastes études de registre ont maintenant montré que le risque de paralysie cérébrale avait pratiquement disparu chez les enfants de FIV nés dans les pays nordiques après l'introduction d'une politique de transfert d'embryon unique au début des années 2000.

La force de cette étude, explique le Dr Spangmose, réside dans sa grande taille d'échantillon – avec près de 112 000 enfants FIV nés plus de 24 ans au Danemark, en Finlande et en Suède.

"L'inclusion de la FIV complète et des cohortes de naissance naturellement conçues rend nos données robustes", ajoute-t-elle, "et a permis d'évaluer le véritable risque de paralysie cérébrale dans la FIV et son déclin au fil du temps."