Les jeunes femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques sont plus susceptibles

Les femmes dans la trentaine et la quarantaine souffrant d'une affection courante affectant le fonctionnement des ovaires sont plus susceptibles de contracter une maladie cardiaque. C'est la conclusion d'une étude publiée aujourd'hui dans le Journal européen de cardiologie préventive, une revue de la Société européenne de cardiologie (ESC).

Le syndrome des ovaires polykystiques n'est pas une condamnation à perpétuité – il existe de nombreuses façons de garder le cœur en bonne santé. De petits changements s'additionnent, comme manger plus de fruits et de légumes et faire plus d'exercice. "

Dr Clare Oliver-Williams, auteur de l'étude, Université de Cambridge, Royaume-Uni

On estime que 6 à 20% des femmes en âge de procréer souffrent du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK). Les caractéristiques de la maladie comprennent plusieurs kystes (sacs remplis de liquide) sur les ovaires, des règles irrégulières, un excès de poils corporels ou une perte de cheveux de la tête en raison de niveaux élevés d'hormones mâles et de la difficulté à devenir enceinte.

Les femmes atteintes de SOPK sont plus susceptibles de faire de l'embonpoint ou d'être obèses, de souffrir de diabète et d'hypertension – tous facteurs de risque de maladie cardiaque et d'accident vasculaire cérébral.

Cette étude a examiné si ce profil à risque se traduit par une plus grande probabilité de développer une maladie cardiovasculaire – et, pour la première fois, si cela persiste tout au long de la vie. Le Dr Oliver-Williams a expliqué: "Certains symptômes du SOPK ne sont présents que pendant les années de reproduction, il est donc possible que le risque accru de maladie cardiaque disparaisse plus tard dans la vie."

L'étude a inclus 60 574 femmes recevant un traitement pour les aider à tomber enceintes, comme la fécondation in vitro (FIV), de 1994 à 2015. Parmi celles-ci, 6 149 (10,2%) avaient le SOPK. Les chercheurs ont utilisé des dossiers médicaux pour suivre les femmes pendant neuf ans. Au cours de cette période, 2 925 (4,8%) femmes ont développé une maladie cardiovasculaire.

Dans l'ensemble, les femmes atteintes de SOPK avaient un risque 19% plus élevé de développer une maladie cardiovasculaire que les femmes qui n'avaient pas de SOPK.

Une fois divisées en groupes d'âge, les femmes atteintes du SOPK âgées de 50 ans et plus n'avaient pas un risque plus élevé de développer un risque cardiovasculaire par rapport à leurs pairs sans SOPK.

Les femmes dans la trentaine et la quarantaine atteintes de SOPK étaient plus à risque de développer une maladie cardiovasculaire que celles sans SOPK. Les preuves concernant les moins de 30 ans étaient moins claires; cela est probablement dû au fait qu'il n'y avait pas suffisamment de femmes de cet âge dans l'ensemble de données pour identifier le risque.

Le Dr Oliver-Williams a déclaré: "La santé cardiaque semble être un problème particulier pour les jeunes femmes atteintes de SOPK. Cela peut être dû au fait qu'elles sont plus susceptibles d'être en surpoids, d'hypertension et de diabète que leurs pairs. Des études antérieures ont suggéré que ces différences diminuent avec l'âge. En d'autres termes, à mesure que les femmes sans SOPK vieillissent, elles deviennent de plus en plus en surpoids et développent une pression artérielle élevée et un diabète. Dans un sens négatif, elles rattrapent leurs pairs atteints de SOPK. "

Elle a encouragé les jeunes femmes atteintes de SOPK à rester positives: "Le SOPK peut être une condition pénible. Pas seulement parce qu'il peut affecter la fertilité. Les effets physiques peuvent causer de l'anxiété et de la dépression. Il y a tellement de pression sur les jeunes femmes pour réaliser ce qu'on nous dit. l'idéal physique. Il faut de l'âge et du temps pour s'embrasser et obtenir le soutien des autres est une étape vitale, alors tends la main si tu en as besoin.

«La connaissance c'est le pouvoir et être consciente des risques cardiaques signifie que les femmes atteintes du SOPK peuvent faire quelque chose», a déclaré le Dr Oliver-Williams. "Les femmes atteintes du SOPK ont été durement touchées, mais il s'agit de la façon dont ces femmes jouent leurs cartes. Il existe des groupes de soutien fantastiques pour le SOPK où elles peuvent découvrir ce qui a aidé les autres atteintes du SOPK à perdre du poids, à faire plus d'exercice et à avoir une alimentation plus saine. . "

Elle a noté que l'étude n'incluait que des femmes scandinaves prenant un traitement de fertilité et qu'il fallait faire preuve de prudence lors de l'extension des résultats à d'autres groupes.

La source:

Référence du journal:

Oliver-Williams, C., et al (2020) Risque de maladie cardiovasculaire chez les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques: résultats d'une étude de cohorte du registre national danois. Journal européen de cardiologie préventive. doi.org/10.1177/2047487320939674.