Les défauts génétiques cachés peuvent entraîner toutes sortes de

Pour la première fois, des chercheurs de l'Université hébraïque de Jérusalem, de Radboudumc, de Maastricht UMC + et de collègues internationaux ont découvert les «défauts génétiques cachés» de la population européenne en général. Ceci est important car ces défauts, s'ils sont hérités à la fois du père et de la mère, peuvent entraîner toutes sortes de maladies chez leurs enfants.

Des recherches menées auprès de la population néerlandaise et estonienne montrent que chaque personne présente deux à quatre de ces défauts génétiques cachés. Dans 1 couple sur 100, cela conduit à une situation avec un risque accru de maladie génétique pour les futurs enfants. Dans le cas de la consanguinité, même 20% des couples semblent être à haut risque. Cette recherche est publiée dans L'American Journal of Human Genetics et Génétique en médecine.

Les gènes de chaque personne sont à moitié maternels, à moitié paternels. Pour cela, vous disposez de deux copies de chaque gène. Parfois, l'une de ces deux copies est défectueuse, sans vous rendre malade car l'autre gène fonctionne toujours correctement. Dans ce cas, nous l'appelons un «défaut génétique caché» (en termes scientifiques: un gène autosomique récessif). Un tel défaut génétique caché peut causer des problèmes si un enfant hérite du même défaut caché, du même gène muté, du père et de la mère. Les deux parents sont en bonne santé et n'ont jamais souffert du défaut génétique caché. Mais lorsque ces deux défauts génétiques cachés (maternel et paternel) se rencontrent chez l'enfant, la maladie se manifeste.

Vices cachés en vue

La fréquence de ces anomalies génétiques cachées dans la population générale n'est pas claire. En criblant tous les gènes de près de 6500 personnes dans la population néerlandaise et estonienne, les chercheurs de Radboudumc et Maastricht UMC + ont maintenant obtenu un aperçu de la fréquence à laquelle de tels défauts cachés pouvant conduire à la maladie sont présents chez un seul individu.

Chaque être humain semble avoir en moyenne 2 à 4 de ces défauts génétiques cachés. Par conséquent, la probabilité qu'un couple européen court le risque d'avoir un enfant malade en raison de deux de ces défauts est d'environ 1 pour cent. Le risque augmente fortement dans les couples consanguins. Dans une relation de cousins, environ seize pour cent des couples sont à haut risque, avec un risque particulièrement accru de troubles du squelette ou de déficience intellectuelle. "

Christian Gilissen, chercheur, Radboudumc

Risque plus élevé avec consanguinité

En plus de cette recherche, publiée dans L'American Journal of Human Genetics, la recherche a également été menée dans la pratique clinique de l'hôpital coordonnée par Maastricht UMC +, en collaboration avec Radboudumc et Amsterdam UMC.

Cette étude, publiée dans Génétique en médecine, aborde la question de la détermination du risque d'anomalies génétiques cachées dans les relations entre cousins ​​avant une grossesse souhaitée. Généticienne moléculaire clinique Aimee Paulussen de Maastricht UMC +: «Nous avons cartographié le risque dans 100 couples consanguins. Environ 20% de ces couples présentaient un risque accru de troubles graves chez leur progéniture en raison de ces anomalies génétiques cachées. Ces résultats de la pratique clinique confirment les données déjà trouvées dans l'étude de population mentionnée ci-dessus. "

Des tests précieux

Le professeur Han Brunner, chef du département de génétique clinique de Maastricht ainsi que du département de génétique de Nimègue, est impliqué dans les deux études. Il les voit comme une incitation claire à rendre les tests génétiques accessibles aux couples présentant un risque accru possible en raison de ces défauts génétiques cachés: "Certes, pour ces couples, cette information peut les aider à prendre une décision éclairée lors de la création d'une famille. Ils peuvent envisager diagnostics pré-implantatoires et FIV pour permettre la sélection d'embryons sans ces défauts. "

La source:

Référence du journal:

Fridman, H., et coll. (2021) Le paysage des variantes pathogènes autosomiques récessives dans les populations européennes révèle des effets spécifiques au phénotype. Journal américain de génétique humaine. doi.org/10.1016/j.ajhg.2021.03.004.